Connectez-vous

Docteur FMI ouvre (un peu) les yeux!

Vendredi 2 Novembre 2018

Amadou Bâ, ministre de l'Economie, des Finances et du Plan
Amadou Bâ, ministre de l'Economie, des Finances et du Plan
Si souvent accusé de complaisance dans certains de ses diagnostics-pays, le Fonds monétaire international (Fmi) semble vouloir se rebeller, au moins au Sénégal. La déclaration issue de la revue du programme relatif à l’Instrument de soutien à la politique économique (Ispe) résume en quelque sorte toutes les alertes déjà lancées par des experts, anciens ministres et autres fonctionnaires sur la situation réelle de l’économie sénégalaise et de ses goulots d’étranglement.
 
A défaut d’être expert, on se garde de tous jugements hasardeux. Par contre, en regard de la situation réelle «sur le terrain», au-delà d’une croissance politisée et capturée par une minorité activiste de l’économie, le pays va mal. La pauvreté est concrète, les gens se réfugient en masse dans le système pernicieux de la mendicité, des petites et moyennes entreprises sont agonisantes mais s’accrochent à des lendemains qu’elles souhaitent moins chaotiques que leur situation désespérante du présent.
 
A cet égard, si le Fmi projette une perte de recettes de 115 milliards de francs Cfa, il ne faut pas être devin pour savoir qu’une bonne partie de celles-ci relève essentiellement de l’incapacité des entreprises et des opérateurs économiques à s’acquitter objectivement de leurs devoirs fiscaux : ils sont tous mal en point.
 
Cette alerte venue de Bretton Woods rétablit donc une certaine réalité de l’économie nationale avec ses trous d’air issus de l’aveuglement imposé par le dieu Plan Sénégal Emergent. Quand une vraie croissance déconnectée d’une économie virtuelle sera à l’ordre du jour, les Sénégalais commenceront peut-être à se porter mieux. En attendant, c'est la grande galère 
Nombre de lectures : 324 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 02/11/2018 17:37
Le problème du FMI, c'est qu'il est très, très engagé, en qualité de prêteur, directement ou indirectement, envers des pays, dont le sénégal, dont l'endettement fait peur, et permet légitimement de nourrir quelques inquiétudes quand au remboursement. Dans ses rapports, le FMI n'a pas beaucoup d'autre choix, après avoir prêté inconsidérément, s'il veut que les différents prêteurs qu'il contrôle, directement ou indirectement, espèrent récupérer un peu de leur créance, ne ps trop affoler les différents intervenants, afin de permettre à ces différents pays, de faire de la cavalerie, pour pouvoir rembourser les créances les plus gênantes, à savoir celles du FMI.
Le plus inculte des sénégalais, même ne sachant pas lire, mais doué d'un peu de bon sens, savait, depuis longtemps, que le SENEGAL étaient trop endetté, que les caisses étaient vides, et que l'on allait droit dans le mur: il ne se passait pas un jour sans que la presse ne titre: "MACKY SALL a décroché un financement de X millards, auprès ds chinois, auprès des turcs, auprès de la banque mondiale, auprès de tout ce qui peut prêter avec une certaine complaisance, sur cette terre. On en avait oublié une chose évidente, c'est que le crédit, c'est bien, sauf qu'il faut le rembourser. Situation assez incompréhensible, car il n'y a pas si longtemps, le ministre des finances en personne, venait, du haut de sa suffisance apérienne, nous expliquer que les caisses étaient pleines, et que nous avions un excédent de 400 milliards! A côté de cela, le personnel de santé n'était pas payé depuis des lustres, le personnel de l'éducation nationale idem, et j'en passe! Enfin, la vérité est dite, le sénégal est sur-endetté, les caisses sont vides, et le legs au générations futures, promit par ce président, c'est bien le T.E.R: Trop D'endettement à Rembourser. Pour une fois, il n'aura pas menti, foi d'affiches!!!
En fait, à vouloir jouer les magiciens, le Président Macky SALL et son ministre des finances se sont brulé les doigts, jouant avec les finances du pays d'une manière que même un débutant, un étudiant en première année de sciences économiques, aurait dénoncé. Ils ont purement et simplement fait de la cavalerie, masquant les dettes à rembourser en procédant au remboursement partiel, avec d'autres emprunts, et ainsi de suite, jouant sur la future mane du ptrole et du gaz, dont je rappellerai que la première goutte de ce précieux liquide, n'a encore pas coulée, et qu'avant, il y aura bien des embuches à surmonter.
Les caisses sont vides, pour une simple raison: Il y a deux sortes d'investissements: les investissements productifs, ceux qui, à long terme (avec un peu de chance, à moyen terme) rapportent à l'investisseur, c'est à dire à l'état, et ceux, les plus nombreux, qui ne rapportent rien à l'état, qui coutent même, mais qui améliorent le niveau de vie des habitants. Ce sont bien évidemment les plus nombreux.
Quels sont les invesissements réalisés par Macky SALL, dont il se glorifie:
- L'aéroport AIBD: c'est un investissement improductif, puisqu'il faudra attendre de nombreuses décennies avant qu'il puisse rapporter de l'argent. Etait ce inutile? pas forcement, mais inopportun, surement.
-L'autoroute AIBD-M'BOUR: pas inutile, mais était elle vraiment necessaire? Peut être valait il mieux envisager un élargissement de la route existante, qui très certainement aurait couté moins cher, et aurait amélioré grandement le niveau de vie des sénégalais: peu de sénégalais, qui ont une voiture, utilisent l'autoroute, en raison de la chereté du péage (dont on nous avait annoncé la baisse pour le mois e novembre: attendons)
-L'arène de lutte: soit disant offerte par les chinois: les chinois ne font pas de cadeau, ils savent compter, ce sont eux d'ailleurs qui les premiers, ont inventé le calcul et ses règles, il y a des millénaires...Je respecte profondément la lutte sénégalaise, qui est plus que le sport national, c'est une institution. Mais jusqu'alors, les tournois se déroulaient sans problèmes et dans de bonnes conditions, dans différents coins du pays. C'est donc une dépense parfaitement inutile, et couteuse.
-La salle Arena: Complètement inutile, et de l'avis même de tous les spécialistes, sa situation géographique la end aléatoire, pour de grandes manifestation. C'est une dépense somptuaire, dont aurait pu aisément se passer.
-A venir, le stade de 50.000places! de l'avis même de tous les spacialistes du football, quand, en afrique, un pays arrive à remplir son stade avec 20.000places, c'est le bout du monde et cela n'arrive qu'une fois dans la vie du stade! Là encore, dangereusement inutile.
Le problème, c'est que Macky SALL and co, se sont comportés comme si ils étaient à la tête d'un pays prospère, où tous les équipements nécessaires à la vie et au bien être des habitants, étaient suffisants. Ce qui est lon d'être le cas, et sans vouloir faire de peine à personne, je rappellerai que le sénégal fait partie des 25 pays les plus pauvres du monde, que beaucoup d'habitants non ni eau ni électricié, que les réseaux d'égouts sont inexistants, que ler taux d'analphabétisme est de plus de 50%, et que le régime de santé est tellement défecueux, que tous nos brillants aperistes vont se faire soigner à l'étranger, c'est dire la confiance qu'ils ont dans leur propre régime!!!
Le gros problème, c'est qu'il n'y a pas d'instrument de mesure fiable, qui permettrait de savoir où en est le pays exactement.
Vous avez un fichier d'état civil très aléatoire, des pourcentages, lancés dans la nature, sur la foi d'un ministre totalement incompétent et qui ne prouve jamais ses dires, et l'on se gargarise en annonçant des pourcentages dont la réalité dépasse la fiction!
Mais toutes ces dépenses avaient quand même une finalité, c'est la ré-élection du président Macky SALL, au premier tour, en février 2018. On a donc sciemment endetté le pays pour plusieurs générations, afin d'assurer et garantir l'impunité à une famille et ses amis, et lui donner la possibilité de faire tourner une machine électorale. Pour tous ces gens là, pas de problème, ils savent qu'ils pourront encore, cinq ans sur, et dix ans vraissemblablement, continuer, sauf que les prêteurs s'ils ne se bousculent plus au guichet, reverrons certainement leurs conditions. Quelle importance, ce n'est pas le clan présidentiel qui va rembourser, ce sont nos enfants, nos petits enfants, et nos arrières petits enfants.
Le vrai bilan, c'est celui ci: au bout de sept années de SALLISME, une dette colossale mettant le pays en cessation de paiement, aucun progrès concernant les équipements usuels (eau, électricité, égouts), un système de santé qui s'st dégradé d'année en année, un système scolaire réduit à sa plus simple expression, des scandales financiers à répétition et détournements de fonds qui ne verrons jamais leur aboutissement, de par la volonté scandaleuse d'un seul homme, dont la vocation est, de par le serment qu'il a prêté, de défendre la population civile contre les agissements délictueux dont ils sont victimes, et non de protéger ceux qui ont été élu pour servir et non se servir. La seule vrai statistique fiable, car elle n'mane pas du sénégal, mais d'organisations indépendantes, c'est que, il y a 7 ans, le sénégal faisait partie des 25 pays les plus pauvres du monde, et bien sept ans après, le sénégal fait toujours partie des 25 pays les plus pauvre du monde.
Voila la vraie réalité.
SENEGALAIS, à vos porte monnaies, maintenant, il faut rembourser, et c'est pas finit!
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter