Connectez-vous

Des dirigeants africains appellent à un cessez-le-feu immédiat en RDC

Mardi 21 Juin 2022

Des dirigeants africains ont demandé lundi une cessation immédiate des hostilités dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où les combats ont entraîné des pertes de vies humaines et de biens matériels ainsi que des déplacements massifs.
 
Les dirigeants du Kenya, de l'Ouganda, du Rwanda, du Soudan du Sud, de la RDC, du Burundi et de la Tanzanie ont appelé les groupes armés à se retirer des positions récemment conquises.
 
"Dans le même temps, le processus politique doit être intensifié par toutes les parties, afin de permettre aux citoyens de la RDC de se sentir en sécurité et de pouvoir reprendre et poursuivre leurs activités sociales, culturelles et économiques", ont indiqué les dirigeants dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion d'une journée à Nairobi, capitale kényane.
 
Les dirigeants, qui se sont réunis pour le 3e conclave des chefs d'Etat de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) sur le dialogue intercongolais dans le cadre du processus de Nairobi, ont demandé à toutes les parties de faire cesser et de décourager tout langage insultant, discours de haine, menace de génocide ou autre discours politiquement incitant.
 
Les dirigeants se sont engagés à contribuer à la réconciliation et à une paix durable, et se sont déclarés déterminés à trouver une solution rapide et durable au conflit en RDC, en particulier dans les provinces de l'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.
 
Ils ont ordonné à la Force régionale de s'efforcer de stabiliser et de pacifier la RDC en coopération avec les forces militaires et administratives du pays.
 
Ces nouveaux efforts surviennent dans un contexte de conflit diplomatique entre le Rwanda et la RDC, Kinshasa accusant notamment Kigali de soutenir les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), responsables des combats qui ont récemment forcé des milliers de personnes à fuir vers l'Ouganda.
 
Des analystes locaux estiment cependant que la Force régionale aura probablement du mal à pacifier cette vaste région forestière, qui compte de nombreux groupes rebelles aux intérêts divergents.
 
La rencontre s'est déroulée en présence du président ougandais Yoweri Museveni, du président rwandais Paul Kagame, du président burundais Evariste Ndayishimiye, du président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit et du président de la RDC Félix Tshisekedi. La présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan était quant à elle représentée par l'ambassadrice de Tanzanie au Kenya. (AFP)
Nombre de lectures : 65 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter