Connectez-vous

CHRONIQUE - Idrissa Seck, le deal d’Etat permanent

Dimanche 7 Mars 2021

Idrissa Seck est l’archétype de la tortuosité en politique, c’est son choix. Ses propos de ce jour nous rappellent à quel point la pratique politique dominante au Sénégal est teintée de magouilles et de petits arrangements entre amis au dessus du fonctionnement de l’Etat de droit, notamment dans son versant judiciaire. L’homme s’est tellement habitué à ce jeu qu’il se croit obligé de proposer un DEAL à Ousmane Sonko pour offrir une porte de sortie au président Macky Sall empêtré dans un scandale d’Etat inédit dans l’histoire du pays. 

En gros, Seck adjure Sonko de poser un acte d’apaisement en faveur de la paix sociale afin que Sall, à son tour, favorise «un rapide retour au calme». Les termes sont politiques, mais la finalité est triviale : ‘’on clôt le dossier judiciaire pour «viols répétés» et «menaces de mort» pour lequel tu es poursuivi’’. 

Cette démarche renseigne sur la liberté qu’ont les gouvernants au pouvoir de transformer l’Etat et ses institutions en instruments au service de leur fourberie, au gré des circonstances et des opportunités. Dans sa «médiation politique», Idrissa Seck suggère ainsi que le président Macky Sall, chef de l'Exécutif, est disposé à mettre un terme aux procédures judiciaires ouvertes contre le chef de l’opposition sénégalaise. Or, des voix autorisées du régime et d’autres plus subalternes officiant à la périphérie insistent sur la «nécessité» pour tous les Sénégalais de «faire confiance» à la justice. Cherchez l’erreur !
Nombre de lectures : 165 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter