Connectez-vous

Bébés morts à l’hôpital Magatte Lô : les médecins internes dénoncent une procédure judiciaire précipitée, le Sames décrète 48 heures de grève

Dimanche 9 Mai 2021

L’Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (AIAIHS) appelle "à plus de sérénité et de responsabilité" dans l’affaire de l’incendie de l’hôpital Magatte Lo de Linguère (nord-est), en vue d’éviter "une escalade regrettable".

Dans un communiqué transmis à l’APS, l’association regroupant les médecins internes dit constater "une précipitation dans la procédure pour la manifestation de la vérité par l’enclenchement d’une action publique du parquet avec l’ouverture d’une information judiciaire visant des soignants exemplaires, souvent abandonnés par un système de santé démissionnaire et statique face à un plateau technique précaire et parfois inexistant".

Le tribunal de grande instance (TGI) de Louga (nord) a annoncé avoir ouvert une information judiciaire pour imprudence et négligence présumées à l’encontre de trois personnes dont le directeur de l’hôpital Magatte-Lô, Abdou Sarr, à la suite de l’incendie à l’origine de la mort de quatre nouveau-nés dans cet établissement public de santé, le 24 avril.
 
Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES), en désaccord avec l’ouverture d’une information judiciaire dans cette affaire, a décidé d’une grève de 48 heures à partir de lundi, sur l’ensemble du territoire.
 
L’Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (AIAIHS), disant suivre "avec intérêt" ce dossier, juge l’ouverture d’une information judiciaire précipitée dans cette affaire.
 
« Conditions de travail déplorables »

"Les conditions de travail dans nos hôpitaux sont déplorables, conséquence d’un faible financement de la santé laissant les soignants à une lutte quotidienne pour le bien-être physique et moral de nos patients", fait-elle valoir.

Elle invoque de même le code de déontologie médicale dont l’article 4 stipule : "En aucun cas, le médecin ne doit exercer sa profession dans des conditions qui puissent compromettre la qualité des soins et des actes médicaux …."
 
En l’état actuel du système sanitaire sénégalais, affirme l’association regroupant les médecins internes, l’application rigoureuse de cette disposition exposerait à la fermeture de plusieurs établissements de santé. Aussi appelle-t-elle "à plus de sérénité et responsabilité de la part des autorités afin d’éviter une escalade regrettable".

De même, cette association présente ses condoléances "aux familles des victimes et prions pour le repos de l’âme des 4 nouveau-nés arrachés à notre affection dans des circonstances dramatiques".

Il apporte aussi son "soutien à tout le personnel de l’hôpital de Linguère et témoigne son engagement et sa solidarité auprès du SAMES" pour notamment l’amélioration des conditions de travail des hôpitaux au Sénégal. (avec APS)


 
Nombre de lectures : 104 fois

Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter