Connectez-vous

Algérie : les inondations dévoilent l'anarchie urbaine... et la corruption

Mardi 15 Septembre 2020

Comment expliquer qu'une pluie, aussi torrentielle soit-elle, peut en quelques heures seulement engloutir des pans entiers d'une capitale comme Alger ? C'est la question qui soulève la colère des Algérois depuis la catastrophe de la semaine dernière lorsque, dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 septembre, des quartiers entiers d'Alger, des parkings, des routes et des tunnels, se sont retrouvés sous les eaux très rapidement, causant d'importants dégâts.
 
Face à la colère, les autorités ont adopté deux attitudes. La première, exprimée par le ministre des Ressources en eau, est de s'en remettre à la météo, expliquant que « la quantité d'eau tombée en trois heures [à Alger] équivaut à la quantité d'habitude enregistrée durant un mois complet ».
 
« Les pluies torrentielles survenues ces dernières 24 heures en Algérie s'inscrivent dans les activités météorologiques saisonnières, mais ont été affectées par de violents changements climatiques, devenant ainsi plus intenses », a indiqué l'officiel, ajoutant que « les avaloirs, quelles que soient leurs capacités, ne pouvaient pas absorber les quantités de pluie tombées en un laps de temps réduit ». (Le Point)
 
 
Nombre de lectures : 149 fois












Inscription à la newsletter