Connectez-vous

Wall Street sans conviction dans le vert à la veille de l'inflation américaine

Mercredi 10 Janvier 2024

La Bourse de New York évoluait mercredi modestement dans le vert sans conviction dans l'attente d'un catalyseur comme l'inflation américaine attendue jeudi ou les résultats trimestriels bancaires prévus vendredi.

 

L'indice Dow Jones grappillait 0,08%, le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,14% et le S&P 500 prenait 0,11%, vers 15H25 GMT.

 

Mardi, le Dow Jones avait cédé 0,42% à 37.525,16 points, le Nasdaq avait grignoté 0,09% à 14.857,71 points tandis que l'indice élargi S&P 500 avait lâché 0,15%, à 4.756,50 points.

 

"Ce début d'année a été un peu capricieux pour les grands indices, avec des ventes puis un rebond et finalement une trajectoire de prix parfaitement indéterminée", a commenté Patrick O'Hare de Briefing.com. Le S&P 500, le plus représentatif du marché américain, est en repli de 0,3% depuis le début de l'année.

 

Les investisseurs vont guetter la publication de l'inflation pour décembre aux Etats-Unis qui sera publiée jeudi. Elle devrait s'établir à 3,2% sur un an en décembre contre 3,1% le mois précédent, selon un consensus de MarketWatch.

 

"Les acteurs du marché scruteront ces données pour trouver des indices sur le moment où la Réserve fédérale pourrait commencer à réduire ses taux", a indiqué Art Hogan de B. Riley Wealth Management. "Les investisseurs ont un peu diminué leurs paris" sur une rapide baisse des taux de la Fed, a ajouté l'analyste.

 

A la cote, Boeing repassait la ligne d'horizon gagnant 1,54% après que l'action a été chahutée à la suite des déboires d'un 737 MAX de la compagnie Alaska Airlines qui a perdu une porte en plein vol.

 

Son principal fournisseur Spirit Aerosystems, qui fabrique les fuselages des appareils, retrouvait aussi des couleurs (+3,82%).

 

Les deux titres restent de 8% en dessous de leur niveau avant l'incident qui a provoqué le clouage au sol pour inspections de plusieurs dizaines d'avions exploités par différentes compagnies dont United Airlines (+1,03%).

 

La plateforme d'échanges de cryptomonnaies Coinbase (-5,52%), de même que plusieurs titres du secteur, faisaient les frais du scandale qui a touché le gendarme de la Bourse, la SEC.

 

Alors qu'une décision des autorités boursières est frénétiquement attendue sur un nouveau placement en bitcoin, le compte X (ex-Twitter) de la SEC a été piraté mardi, annonçant de façon erronée un feu vert pour ce nouveau produit d'investissements.

 

La nouvelle a brièvement enflammé le bitcoin avant que le président de la SEC, Gary Gensler lui-même n'indique sur son compte X personnel qu'un tweet "non autorisé" avait été posté.

 

Le bitcoin, monté à plus de 47.000 dollars mardi, cotait 45.100 dollars en repli de 0,70% vers 15H00 GMT. L'application de courtage Robinhood lâchait 2,79%.

 

La décision de la SEC sur l'autorisation d'un "Spot ETF Bitcoin" est toujours attendue pour mercredi. Ce produit d'investissement suivrait directement le prix de la cryptomonnaie et permettrait à une plus grande partie du grand public d'investir dans la cryptomonnaie sans avoir à en acheter directement.

 

Signe positif pour le marché immobilier, les demandes de prêts ont grimpé de 9,9% au cours de la première semaine de janvier, selon la Mortgage Bankers Association.

 

Les taux obligataires étaient stables à 4,00% pour celui à dix ans.

 

Le secteur bancaire faiblissait alors que les comptes trimestriels de grandes banques seront publiés vendredi, dont Bank of America (-0,88%), JPMorgan (-0,84%) et Wells Fargo (-0,96%).

Les résultats de la compagnie aérienne Delta Airlines (-0,30%) sont aussi attendus. 

 
Nombre de lectures : 152 fois











Inscription à la newsletter