Connectez-vous

« Suisse Secrets » - Moustapha Niasse clame son statut d’actionnaire à Addax-Oryx mais dénonce un compte joint créé à son insu

Vendredi 23 Septembre 2022

Ex bref premier ministre, ancien ministre des Affaires étrangères et, in fine, président de l’Assemblée nationale du Sénégal de 2012 à fin juin 2022, Moustapha Niasse est cité dans les « Suisses Secrets ». A ses yeux, son statut d’actionnaire de la société Addax-Oryx justifie qu’il puisse recevoir des dividendes.


Moustapha Niasse
Moustapha Niasse
Moustapha Niasse, tout nouveau ex président de l’Assemble nationale du Sénégal, et son ex associé d’affaires Abdoulaye Diao dit Baba Diao, sont mis en cause dans l’enquête OCCRP (voir le lien ci-dessous) révélant le versement de sommes d’argent à différents politiciens et hommes d’affaires du Nigeria et du Sénégal par la société d’investissement AOG propriétaire de la compagnie Addax Petroleum.
 
Selon les documents fuités vers OCCRP, Moustapha Niasse apparaît dans plusieurs comptes bancaires joints du Credit Suisse aux côtés d’autres personnalités, en particulier du Nigeria. Les montants positionnés dans un compte du Credit Suisse ont atteint une valeur maximale d’environ 40 milliards de francs CFA en mars 2005 (plus de 62 millions CHF au cours actuel du franc suisse). A cette période, Niasse n’avait pas encore quitté la société Addax-Oryx dont il dit être « membre fondateur en 1987 » avec « des actionnaires de plusieurs nationalités », écrit-il en réponse à OCCRP.

https://www.impact.sn/Petrole-et-corruption-Le-fonds-suisse-AOG-a-verse-de-l-argent-sur-des-comptes-bancaires-communs-a-des-politiciens_a34565.html 

 Au total, quatre employés d'Addax et d'AOG détenaient cinq comptes communs avec des hommes politiques nigérians et sénégalais au Credit Suisse, et ce dès le milieu des années 1990, selon les données de « Suisse Secrets » divulguées ce 22 septembre 2022. Certains sont restés ouverts bien au-delà de la dernière décennie.



 Tout en reconnaissant l'existence de ces comptes bancaires, AOG a déclaré qu'il ne s'agissait « pas de comptes secrets mais plutôt de comptes bancaires qui ont été ouverts, détenus et gérés par des entités du groupe AOG et qui ont été utilisés à des fins commerciales habituelles ». Notamment pour verser des dividendes ou procéder à des rachats d'actions.
 
Interrogé par OCCRP, Moustapha Niasse clame n’avoir « jamais décidé, ni accepté d’avoir un compte commun dans une banque suisse », affirmant « ignorer tout à fait » l’existence de ce compte commun. « Si mon nom figure sur la liste des personnes qui auraient ouvert ce compte joint, une telle décision aurait été prise de manière totalement frauduleuse et à mon insu. »
 
Concernant l’argent proprement dit qui lui a été destiné, Moustapha Niasse précise : « à l’entrée en bourse de la société Addax-Oryx à Toronto, j’étais encore actionnaire de cette société. Il est donc normal que l’investissement que j’avais fait, depuis 20 années, au moment de la création de la société et les revenus qui en avaient résulté, de par les activités régulières et légales de la société, aient permis, à chaque actionnaire, de recevoir ce qui lui était dû. Tout était acté au niveau du conseil d’administration, et conformément à la loi. »
 
« Suisse Secrets » révélé par OCCRP est une importante fuite de données concernant plus de 18 000 comptes bancaires, plus de 30 000 titulaires de comptes répertoriés dans plus de 120 juridictions et touchant plus de 160 nationalités à travers le monde.
 
Le montant total des sommes d'argent vues dans les données et pour tous les titulaires de comptes dépasse largement les 100 milliards de dollars.
Nombre de lectures : 869 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 24/09/2022 12:34
Encore un honnête homme, victime d'agissements "à l'insu de son plein gré"!
Monsieur NIASSE prend les gens pour des imbéciles, car s'il y a un pays où il est très difficile d'ouvrir un compte en banque, c'est bien la Suisse! Alors, quand il vient nous raconter qu'il "découvre" qu'il est titulaire de comptes en suisse, c'est vraiment prendre les gens pour des idiots!
Il est impossible, dans n'importe quel pays du monde, d'ouvrir un compte en banque, sans que le titulaire ne le sache, sauf bien sûr lorsqu'il y a usurpation d'identité, auquel cas, la victime dépose plainte: Qu'attend Monsieur NIASSE, pour déposer plainte!!! Car enfin, Monsieur NIASSE n'est pas n'importe qui dans le landernau politique du SENEGAL: en 2012, il s'est vendu (et bien vendu) pour permettre à MACKY SALL de devenir président de la République, en échange de quoi il a été Président de l'Assemblée Nationale pendant dix ans! Ce n'est quand même pas rien! Monsieur NIASSE, comme d'ailleurs Monsieur Karim WADE, a parfaitement le droit de faire des affaires, dans le monde entier. Mais il a l'obligation fiscale de déclarer les revenus de ces sociétés dont il se dit actionnaire "presque sans le savoir!", dans son pays où il est résident physique ET fiscal. A-t-il déclaré ses dividendes? Et pourquoi la SUISSE, réputée pendant longtemps (c'est de moins en moins vrai) comme un des paradis fiscal les plus surs au monde!
Tous ces politiques qui agissent de la sorte, et qui sont des habitués des paradis fiscaux afin de placer l'argent qu'ils volent à leur peuple, donnent envie de vomir. Bien évidemment, Monsieur NIASSE ne sera pas inquiété le moins du monde, d'autant qu'il a été "récompensé" (On se demande de quoi et pour quoi!) en étant nommé, sitôt après avoir quitté "le perchoir", auprès du Président de la République, afin de toucher encore, de confortables revenus, comme s'il en avait encore besoin!
Dommage qu'au SENEGAL, il n'existe pas de presse d'investigation digne de ce nom (ce n'est pas la qualité des journaliste qui est en cause, mais le système), car une enquête approfondie sur: "La face cachée de Moustapha NIASSE, le discret homme d'affaires", nous édifierait certainement beaucoup sur les pratiques de ces hommes politiques!
Et avec tout ça, l'AFRIQUE voudrait être prise au sérieux!
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter