Connectez-vous

Scandale Glencore – “Les citoyens sont libres également de saisir les tribunaux” (Mu’azu UMARU; GIABA) (Partie 3)

Samedi 5 Août 2023

Pour le directeur de la Politique et de la Recherche au GIABA (Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’ouest, les lenteurs judiciaires et le déficit de compétences et de ressources sont des freins à la lutte contre la corruption en Afrique.


Mu'azu UMARU, directeur de la Politique et de la Recherche au GIABA
Mu'azu UMARU, directeur de la Politique et de la Recherche au GIABA
 
Question - GLENCORE a été condamné par les tribunaux britanniques (Londres) et américains (New York) à de très lourdes sanctions financières. Pourtant, la plupart des infractions commises par l'entreprise ont eu lieu dans six pays africains, et aucun d'entre eux n'a été jugé. Quels commentaires cela vous inspire-t-il ?
 
Je ne suis pas en mesure de préjuger du système judiciaire.  Il est possible que les enquêteurs soient encore en train de rassembler des informations pertinentes pour leur permettre de décider s'il existe des preuves convaincantes pour porter l'affaire devant les tribunaux.  En tout état de cause, dans bon nombre de nos pays, les citoyens sont également libres de saisir les tribunaux s'ils ont des raisons suffisantes de le faire.
 
Question - En quoi le fait que GLENCORE ne soit poursuivi dans aucun de ces pays constitue-t-il un problème ?
 
Je ne peux pas conclure sur les questions qui se posent dans ce cas précis.  Il est seulement important de noter que le système juridique est plus avancé dans les pays développés et qu'ils disposent de plus de capacités et de ressources d'investigation.
 
Question - Quelles réformes (politiques) et judiciaires sont nécessaires pour empêcher qu'une telle impunité ne se reproduise en Afrique ? 
 
À ma connaissance, certains pays africains ont intenté plusieurs procès contre des multinationales, tant en Afrique que dans divers pays du monde, en particulier en Europe et aux États-Unis.  Des enquêtes et des poursuites conjointes ont été menées dans de nombreux cas. Par conséquent, je ne suis pas d'accord pour dire que les multinationales sont imputables en Afrique.  Toutefois, la lenteur du processus judiciaire en Afrique, associée au manque de compétences et de formation adéquates, requiert une attention urgente.  Si la corruption est un élément important dans les opérations de certaines multinationales, il est également important de reconnaître qu'il existe de nombreuses multinationales qui exercent des activités lucratives en Afrique.
Propos recueillis par Momar DIENG
 
Nombre de lectures : 1028 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter