Connectez-vous

Rosneft: le bénéfice net multiplié par sept sur un an au 1T

Lundi 14 Mai 2018

Moscou - Le géant russe du pétrole Rosneft a annoncé lundi une forte hausse de son bénéfice net au premier trimestre, multiplié par plus de sept sur un an sous l'effet de la hausse des prix en dépit d'un léger recul de production.

Visé par des sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, Rosneft a enregistré un bénéfice net de 81 milliards de roubles (1,1 milliard d'euros au taux actuel) pendant les trois premiers mois de l'année contre 11 milliards de roubles (149 millions d'euros) en 2016.

Le chiffre d'affaires a bondi de 22% à 1.720 milliards de roubles (23 milliards d'euros), "en raison de la hausse des prix du pétrole brut et de l'optimisation des ventes malgré les contraintes de production dans le cadre de l'accord OPEP+" entre grands pays producteur de brut pour limiter l'offre, précise Rosneft.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté, mesure suivie par le marché, a augmenté de 15,6% à 385 milliards de roubles (5,2 milliards d'euros)

La production d'hydrocarbures a baissé de 1,3% sur un an à 5,71 millions de barils équivalent pétrole par jour, une légère diminution que le groupe met sur le compte de l'accord de limitation des extractions de pétrole conclu par les pays membres l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés dont la Russie.

Le patron de Rosneft Igor Setchine s'est félicité dans un communiqué de "l'amélioration significative des résultats financiers du 1er trimestre 2018" et a souligné des progrès dans le désendettement à court terme du groupe.

"Compte tenu des initiatives supplémentaires axées sur la création de valeur pour les actionnaires et des conditions de marché relativement favorables, nous prévoyons une réduction supplémentaire du passif et une amélioration des rendements pour les actionnaires", a-t-il pronostiqué.

Selon le quotidien économique Kommersant, citant des documents internes, Rosneft pourrait voir le financement de ses projets communs avec l'italien Eni dans les eaux russes de la mer Noire et de la mer de Barents entravés par les sanctions américaines. Les deux groupes ont déjà investi près de 270 millions de dollars dans ces projets d'exploration, selon le quotidien.

En mars, la major pétrolière américaine ExxonMobil avait annoncé son retrait des projets d'exploration initiés avec Rosneft en raison des sanctions.
Nombre de lectures : 46 fois









Inscription à la newsletter