Connectez-vous

Résultats de la présidentielle en RDC : Les Etats-Unis prennent le contre-pied de la France (déclaration)

Vendredi 11 Janvier 2019

Robert Palladino, porte-parole adjoint du Département d'Etat
Robert Palladino, porte-parole adjoint du Département d'Etat

« Les États-Unis prennent acte de l’annonce par la Commission électorale nationale indépendante des résultats provisoires des élections du 30 décembre en république démocratique du Congo (RDC). Nous félicitons les millions d’électeurs courageux qui se sont rendus aux urnes dans toute la RDC afin d’exercer leur droit de vote après deux années de retard. Bon nombre de ces électeurs ont attendu des heures durant pour avoir la possibilité de se faire entendre.
 
De nombreux autres électeurs n’ont pas pu voter du fait de difficultés associées à l’organisation des bureaux de vote, à l’absence de bulletins ou à l’annulation des élections dans les zones de Beni et Butembo, touchées par le virus Ebola, et ont malgré cela trouvé des moyens créatifs, pacifiques et suscitant l’inspiration d’exprimer leur volonté que le Congo connaisse davantage de paix et de prospérité. Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple congolais en ce moment historique et c’est le peuple qui doit déterminer l’avenir de son pays.
 
Les États-Unis prennent également note de l’importance de la décision prise par le président Joseph Kabila de respecter la limite des mandats imposée par la constitution et de transférer le pouvoir à un successeur. La Commission électorale nationale indépendante a annoncé les résultats provisoires mais nous attendons que certaines questions soulevées au sujet du décompte soient éclaircies.
 
Les États-Unis prennent note du fait que les parties prenantes ont la possibilité de demander un passage en revue des résultats provisoires annoncés pour s’assurer qu’ils reflètent la volonté du peuple congolais telle qu’elle a été exprimée aux urnes.
 
Nous encourageons vivement toutes les parties prenantes à rester calmes alors que processus se poursuit. La violence est inacceptable, et les États-Unis demanderont des comptes à ceux qui s’adonneraient à des violences associées aux élections ou qui entraveraient le processus démocratique. »
 
Robert Palladino
Porte-parole adjoint du Département d’Etat
Nombre de lectures : 51 fois

Nouveau commentaire :











Inscription à la newsletter