Connectez-vous

Remettre en question la position israélienne: Une activiste juive explique sa prise de conscience (TRT Français)

Mardi 5 Décembre 2023

Amanda Gelender
Amanda Gelender

« J’ai été élevée dans un profond amour de ma culture juive. En tant que juive ashkénaze blanche d'une ville californienne comptant très peu de juifs, on m'a appris à être fière de l'héritage ancestral de mon peuple. Dans ma synagogue, je me réjouissais de la musique, de l'étude de la Torah, du service communautaire, de la prière et de la nourriture. Je me sentais bénie.

 

Dans mon monde, aimer Israël et en apprendre plus sur ce pays faisait tout simplement partie de ce que signifiait être une personne juive. On m'a appris qu'après la dévastation de l'Holocauste, le peuple juif avait besoin d'un endroit où se sentir en sécurité. C'est ainsi que les Juifs ont reçu avec bienveillance notre patrie légitime : Israël, un désert vide et stérile. Le slogan que nous avons appris était le suivant : "Une terre sans peuple pour un peuple sans terre".

 

L'effacement colonial me fait aujourd'hui froid dans le dos.

 

Tel est le type de sionisme implanté dans l'imaginaire des jeunes juifs américains après la Seconde Guerre mondiale : Israël est un pays innocent et précieux, crucial pour la protection de notre peuple.

 

En créant des rituels pour que les jeunes juifs investissent dans le fantasme de colonisation d'Israël, le projet sioniste nous donnait l'impression de contribuer à la croissance d'une nation juive naissante. Par exemple, mes aînés m'ont appris qu'Israël était tellement vide et avait un tel besoin de ressources que nous devions donner des pièces de monnaie sous forme de tzedakah pour aider à planter des arbres en Israël. Aucune discussion, bien sûr, sur les oliveraies palestiniennes décimées.

 

Les investissements dans notre allégeance à Israël ont été évidents tout au long de notre éducation juive. Par exemple, les "voyages d'initiation". Il s'agit de voyages touristiques de propagande, financés par l'État et le secteur privé, qui permettent à toute personne juive dans le monde de visiter "notre patrie", Israël.

 

Les juifs se voient offrir un voyage de dix jours en Israël, tous frais payés, au cours duquel ils sont encouragés à rencontrer des amis et un futur conjoint tout en bénéficiant des privilèges d'un État d'apartheid. Des organisations offrent même des voyages de noces gratuits aux couples juifs en Israël dans l'espoir qu'ils s'installent et fondent des familles en tant que colons en Israël.

 

En tant que juifs, nous avons appris que s'installer en Palestine occupée est un bel acte de reconnexion avec notre héritage juif, et que nous y avons droit. Cet endoctrinement, en plus des avantages qu'Israël offre aux colons juifs, a encouragé la migration de plus d'un demi-million de colons en Cisjordanie, des colonies qui sont illégales au regard du droit international.

 

Il n'est peut-être pas surprenant que l'endoctrinement sioniste ne soit pas l'apanage d'un segment particulier de la communauté juive : Le sionisme est pratiquement universel dans toutes les synagogues et institutions culturelles juives du monde : La seule synagogue que je connaisse qui ait une valeur antisioniste explicite se trouve à Chicago.

 

À la synagogue où j'ai grandi, d'anciennes fêtes juives comme la Pâque se mêlaient à des célébrations plus récentes, comme le "jour de l'indépendance d'Israël", dont j'ai appris plus tard qu'il était marqué par la Nakba.

 

Ainsi, bien que le judaïsme en tant que foi et culture soit vieux de plusieurs milliers d'années, le projet sioniste a réussi en 75 ans à consolider l'identité d'Israël dans toutes les facettes de la vie juive américaine. Cette idéologie sioniste est le récit largement incontesté de l'écrasante majorité de la communauté juive. Il n'y a pas de place pour la dissidence antisioniste.

 

La réalité du sionisme n'a éclaté pour moi au grand jour que lorsque je suis entrée à l'université et qu'un camarade juif m'a expliqué la réalité de la Palestine. Jusque-là, je croyais ce que ma propre communauté m'avait enseigné : la Palestine, sous quelque forme que ce soit, est antisémite et menaçante. En outre, quiconque critique Israël ne comprend pas ce que l'on ressent lorsqu'on est persécuté en tant que juif.

 

C'était la première fois que j'entendais une personne juive briser le discours sur Israël et, honnêtement, j'étais stupéfaite et honteuse qu'il m'ait fallu tant de temps pour voir la vérité.

 

Beaucoup d'autres commencent à s'en rendre compte. À la suite du dernier assaut génocidaire contre Gaza, le despotisme d'Israël semble trop important et trop durable pour que l'Occident puisse l'ignorer. Malgré les tentatives permanentes de répression et de censure, les voix palestiniennes ont percé dans le courant dominant et le régime brutal d'Israël est en direct sur la scène mondiale, mis à nu pour que nous puissions tous le voir.

 

Les Juifs écoutent les voix palestiniennes comme ils ne l'ont jamais fait auparavant, ressentant une profonde camaraderie avec des journalistes courageux sur le terrain comme Bisan Owda, vérifiant les médias sociaux pour obtenir des mises à jour sur sa sécurité. 

 

Même les sionistes de longue date commencent à remettre en question la position israélienne après avoir été témoins d'une violence aussi extrême, comprenant que tuer des milliers de bébés dans des maisons, des écoles et des hôpitaux avec l'argent des contribuables américains ne mènera pas à la sécurité des juifs.

 

Au fur et à mesure que ces événements historiques se déroulent, de nombreux Juifs se rendent compte de la gravité de leur propre endoctrinement sioniste. Accepter ce qui se passe réellement en Palestine occupée peut provoquer une réflexion profonde et douloureuse sur leur éducation juive. Enfants, nous avons été trompés par nos chefs religieux, nos familles, les membres de nos communautés et nos aînés, qui ont balayé toute une épuration ethnique sous le tapis pour justifier la création d'un État-nation juif violent.

 

Les Juifs antisionistes comme moi sont calomniés, menacés et coupés du monde par ceux qui ont besoin de maintenir le mensonge qu'est Israël. Ils nous accusent de haïr nos compatriotes juifs, ce qui est exactement le contraire de notre position. La solidarité juive antisioniste avec la Palestine est enracinée dans un amour profond pour tous les peuples. Elle s'appuie sur des valeurs juives fondamentales telles que le Tikkun Olam ("réparer le monde"). Pour moi, elle est également ancrée dans une valeur juive avec laquelle j'ai grandi : s'élever contre l'injustice, même si c'est impopulaire.

 

Je pleure la mort de l'âme morale du judaïsme, englobée dans le nationalisme violent du sionisme. Mais plus encore, je pleure chaque Palestinien qui est mort sous le prétexte de la protection juive.

 

En tant que Juifs antisionistes, nous faisons appel à nos ancêtres qui ont connu la violence des pogroms, de l’appareil militaire et de la déshumanisation, pour résister à ce génocide. La sécurité des juifs - la sécurité de tous - est ancrée dans une Palestine libérée et libre. »
 

Amanda Gelender

@agelender, Écrivain et poète juive anti-sioniste

 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de TRT Français. Pour toute information, veuillez contacter : info@trtfrancais.com

 

 

 

 

 

 

Nombre de lectures : 164 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter