Connectez-vous

RDC - Des rescapés de la répression militaire meurtrière témoignent, "Nous étions non-violents"

Vendredi 8 Septembre 2023

Une semaine après "le massacre" d’une cinquantaine de civils par les Forces armées de République démocratique du Congo dans la ville de Goma au Nord-Kivu, l’incertitude demeure sur le déroulement de l’enquête malgré l’arrestation, l’interpellation et la suspension de quelques hauts responsables militaires et policiers.
 
Le 30 août dernier, une unité spéciale de la Garde Républicaine a effectué un raid dans une station radio et une église d’une secte mystico-religieuse, dans l’objectif de réprimer une manifestation prévue contre la présence des soldats de la mission des Nations-Unies (MONUSCO).
 
"Ils avaient juste prévu leur marche pacifique, et en pleine préparation, ils ont été attaqués et tués", témoigne Josué Byamungu, un témoin rencontré sur le lieu du drame par la RTBF. Dans leur église, des centaines de fidèles étaient en pleine veillée de prière à l’aube de la manifestation, quand soudain, des dizaines de soldats armés, cagoulés et équipés de drones de reconnaissance ont fait irruption, témoignent des voisins sous anonymat. …
 
Le même jour, l’armée affirmait pourtant que les manifestants présentaient une menace à la sécurité de la ville. "Ils étaient armés… l’armée nationale a opéré de la manière la plus professionnelle possible", déclarait le colonel Guillaume Ndjike, porte-parole militaire du Nord-Kivu. (RTBF)
Nombre de lectures : 164 fois











Inscription à la newsletter