Connectez-vous

Quand Aminata Touré impose un discours vide à Macky Sall

Vendredi 16 Septembre 2022

Quand Aminata Touré impose un discours vide à Macky Sall
Quand l’annonce du discours présidentiel est tombée, il fallait bien rêver du contenu que le chef de l’Etat s’apprêtait à livrer à la nation. Entre les excités qui pronostiquaient des annonces fortes et les blasés qui s’en fichaient royalement, beaucoup d’autres restaient perplexes face à la subite décision de Macky Sall de « parler » enfin aux Sénégalais. Car, des sujets qui tiennent à cœur ses compatriotes, il y en a plein et ce, depuis longtemps…
 
Finalement, le snobisme présidentiel aidant, on s’en est tiré avec un petit cauchemar d’une dizaine de minutes au cours desquelles Macky Sall, débonnaire et distant, a démontré qu’il est éloigné des préoccupations actuelles des Sénégalais, de leurs angoisses sociales et de leurs incertitudes quant à l’avenir du pays sous son magistère. Son laïus sur « les mesures d’allègement du coût de la vie et de soutien à l’emploi et à l’entrepreneuriat des jeunes », la rengaine concernant « la lutte contre les inondations » et la ritournelle relative à « la cherté du loyer » ont été maintes fois bassinés à nos oreilles par lui et ses collaborateurs en d’autres circonstances. Que cherchait-il donc à travers ce discours sans feu ni flamme qu’il pouvait du reste bien s’épargner, lui le grand absent du quotidien infernal des Sénégalais ?
 
En réalité, Macky Sall n’avait qu’un seul objectif : « neutraliser » les effets des accusations gravissimes portées par Aminata Touré contre les « entourages » du président de la République et de la Première Dame, la doublette accusée de vouloir la liquider afin que sa suppléante parlementaire siège à sa place dans le groupe Benno Bokk Yaakaar à l’Assemblée nationale. L’idée était de ne pas laisser le champ des médias et des réseaux sociaux à une députée qui semble avoir lancé une guerre frontale contre le « clan familial » des Faye-Sall, contre le « cabinet noir » qui dirige le pays à partir du palais de la république, contre un projet de 3e candidature, etc.
 
Ecartée de la présidence de l’Assemblée nationale au profit d’un proche du chef de l’Etat, Aminata Touré avait commencé par dénoncer la pratique de la préférence familiale qui, selon elle, a conduit au choix porté sur Amadou Mame Diop. Dans la foulée de cette désillusion qui l’avait poussée à quitter l’hémicycle avant le vote, l’ex première ministre a ensuite réitéré sur des médias étrangers son opposition entière à une nouvelle candidature de Macky Sall en 2024, un sujet sur lequel elle avait pourtant perdu la voix depuis son retour en grâce au palais en perspective des législatives du 31 juillet.
 
Dissidente des orientations présidentielles au parlement mais décidée à y garder sa place, Aminata Touré aura donc réussi - à son corps défendant - à faire (re)venir Macky Sall à la télévision sénégalaise et l’a poussé fine à parler pour ne rien dire…
 
En fait, le logiciel présidentiel est enrayé, saturé, truffé de bugs qui discréditent ses mots et sa parole. Depuis son arrivée au pouvoir, Macky Sall a fondamentalement construit son pouvoir sur la violence physique et institutionnelle avec l’appui inconsidéré de l’armada d’obligés qui lui font allégeance urbi et orbi dans la police, la gendarmerie et la justice. A ce titre, son appel au rassemblement et à l’union pour contrer la violence apparaît comme une provocation qui semble lui faire plaisir. Il peut bien condamner les événements survenus à l'Assemblée nationale, mais on lui rappellera toujours qu'aux élections locales de 2002, c'est avec la violence que lui permettait son statut qu'il vota de force,  sans la pièce d'identité que lui réclamait un agent électoral dans son fief de Fatick... 
 
Après cette vraie-fausse « adresse à la nation », le président sénégalais peut tranquillement faire ses valises et prendre la direction de Londres pour assister aux obsèques da la reine Elisabeth II aux côtés des autres « grands » de ce monde. Ensuite, il embrayera vers New York et l’assemblée générale des Nations-Unies. Au-delà de la sortie médiatique qu’Aminata Touré lui a imposée, Macky Sall était peut-être gêné ( ?) de quitter encore la terre sénégalaise à bord de son bijou du ciel en laissant derrière lui des hommes et des femmes tellement fatigués…
Nombre de lectures : 404 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 18/09/2022 12:20
Son excellence Monsieur Macky SALL, président de l'APR, et accessoirement Président de la république du SENEGAL s'adresse à la nation! Pour tout dire et tout avouer, j'ai tout raté, car...je n'étais même pas au courant, comme bon nombre d'ailleurs des SENEGALAIS; d'ordinaire, lorsqu'un président de la république s'adresse à son peuple, cela fait la "UNE", avant, les gens trépignent d'impatience, car c'est un évènement. Et bien, pour ce coup ci, sans être vulgaire, je dirai que "tout le monde s'en fout". Avant, il existait entre le Président de l'APR et le peuple sénégalais un fossé. Maintenant, il existe un océan, qu'il sera complètement impossible à combler.
Il va lutter contre la vie chère, pour aider les sénégalais à préserver leur pouvoir d'achat: trop tard, Président, il fallait agir au mois d'aout, lorsque tout le monde savait que les prix alimentaires allaient flamber! tout le monde le savait, sauf vous, et votre équipe de ministre en quelque chose, et vos ministres conseillers en tout (combien sont ils? 100, 200? Nul ne sait, même pas vous..).le peuple doit se consoler, car le pouvoir d'achat de ces gens là, famille, amis, ministres conseillers, lui est préservé! Donc dire que l'échec est total sur ce plan là n'est pas tout à fait vrai....
Le Président de l'APR va s'occuper "urgement" de l'emploi des jeunes! Que voilà un beau projet, Président! Sauf que depuis dix ans que vous aviez tous les moyens pour vous occuper de ce problème crucial, et bien, vous n'avez rien fait, ou fait que des bétises, ce qui n'est guère mieux, sinon pire! Où sont les vrais centres de formation, ou des jeunes qui n'ont pas forcément les capacités pour être médecins, avocats, ou notaires, pourraient néanmoins apprendre vraiment un métier, de peintre en bâtiment, maçon, plâtrier ou électricien, ce qui est tout aussi honorable que député, ministre voir même Président de l'APR, dont le pays a cruellement besoin, et qui depuis dix ans n'ont jamais été créés, sauf par ci par là, des centres qui n'ont que leur nom à afficher, à défaut de réussite. Bon, ceci dit, je vous comprend: pourquoi faire pour ces jeunes qui de toutes les façons, ne voteront pas pour vous, ils n'ont qu'à prendre des pirogues et s’exiler en europe! effectivement, cette solution est tout bénéfice pour vous!
Vous allez vous occuper "urgement" (décidément tout devient urgent dans ce pays, même votre départ!) du problème des inondations: là voilà un projet qui me tient à coeur, en ayant été (petite) victime moi même cette année! Mais, depuis huit ans que j'habite ici, j'ai tous les ans entendu cette même chanson! si en 2012, ca pouvait faire un tube, dix ans après, ca fait un peu ranguaine, non? D'accord, vous avez dépensé 700 milliards pour résoudre le problème, sauf que personne ne sait où est passé cet argent! Bon, il faut se dire qu'il n'est certainement pas perdu pour tout le monde...
Alors, vous avez décidé de parler à la nation: mais pourquoi la nation serait obligée d'écouter quelqu'un à qui cette même nation ne cesse d'envoyer des messages que vous n'avez pas voulu entendre? La nation ne veut plus vous entendre, tout simplement parce qu'elle n'a plus confiance en vous, et ce depuis plusieurs années, la nation ne veut plus vous entendre, parce que vous l'avez trahie, et ce depuis dix ans, la nation ne veut plus vous entendre, car même inculte pour moitié, elle a très bien compris quelles sont vos intentions, la nation ne veut plus vous entendre, car elle sait quel personnage vous êtes, ce que vous avez fait de mal pendant dix ans, et de tout ça, elle ne veut plus! mais vous vous refusez à l'entendre, alors, pourquoi elle vous écouterait? Enfermé dans votre tour d'ivoire, vivant dans un autre monde, une autre planète, entouré de votre troupeau de moutons bélants et de vos admirateurs patentés (et intéressés), vous n'avez plus aucune possibilité intellectuelle de voir, comprendre, et œuvrer pour ce peuple si différent de vous! vous n'aimez pas votre peuple: ça tombe bien, il ne vous aime pas non plus. Vous méprisez votre peuple: ça tombe bien, il vous méprise aussi, avec cette différence que le peuple à des raisons de vous mépriser, car le respect n'est pas un dû, on ne respecte que ce qui est respectable, alors que le peuple ne vous a pas donné de raisons valables pour ne pas être respecté.
Alors oui, votre message à la nation, qui n'est en fait qu'un message à vos admirateurs, de moins en moins nombreux et pour beaucoup, prêt à vite changer d’embarcation, car eux se rendent bien compte, ayant encore un peu de contact avec la population, que pour vous, "les carottes sont cuites", mais souhaitent faire durer la comédie le plus longtemps possible par rapport aux avantages qu'ils en tirent, et bien, finalement, n'intéresse personne: c'est du temps et de l'argent perdu, qui aurait pu être utilisé à d'autres choses plus utiles, et surtout plus profitables au populations dont vous avez tout oublié des souffrances qu'elles peuvent endurer.
En prévision du troisième mandat que vous voulez nous imposer, de force, en 2024, vous faites revenir les vieux briscards: mais cela ne suffira pas, car l'océan existant entre le peuple et vous même, votre famille, votre clan, est trop grand pour être comblé, avec l'aide de qui que ce soit.
En résumé, qui sème le vent, récolte la tempête. dès le 03 avril 2012, vous avez trahi votre peuple. Cela, il ne vous l'a jamais pardonné, même si, pendant ces dix longues années à subir votre incompétence, vos magouilles en tous genre, votre orgueil, et votre mépris, le peuple n'a rien dit ou pas grand chose. Il vous reste seize mois à profiter des ores de la république et de ses avantages: douze mois pour voyager dans votre avion personnel, seize mois à gérer l'immense fortune que vous avez amassée sur le dos de la pauvreté des sénégalais, seize mois à aller vous pavaner dans les réunions internationales, où personne, et à juste titre ne vous prend au sérieux, seize mois de tranquillité relative, seize mois pour comploter, avec votre tailleur de constitution ré-embauché en pompier de service, pour voir comment faire enfermer vos opposants, manœuvrer pour tenter d'imposer le troisième mandat qui vous est indispensable pour vous, votre famille, et vos "associés dans la malfaisance", en un mot, seize mois pour terminer le cycle de ces douze,années qui vous ont certes ouvert les portes de la fortune, d'une gloire éphémère, et donné libre court à votre orgueil démesuré, mais qui a plongé L’immense majorité des sénégalais dans la misère, la détresse et la famine.
Après...et bien après, les jours risquent d'être plus compliqué, car dans la vie, il y a une chose contre laquelle il est impossible de lutter: on est toujours, à un moment ou un autre, rattrapé par son passé. Personne n'y échappe, et vous n'y échapperez pas. Alors, profitez en bien! finalement, seize mois de vacances dans ces conditions, c'est pas si mal, non?
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter