Connectez-vous

Outrage injustifié : des avocats portent l'emprisonnement d'un journaliste devant l'ONU

Jeudi 26 Mars 2020

Henri Thulliez, l'un des avocats ayant saisi l'ONU sur le cas Ignace Sossou
Henri Thulliez, l'un des avocats ayant saisi l'ONU sur le cas Ignace Sossou
Les avocats d'un journaliste emprisonné pour avoir tweeté sur un discours au Bénin, en Afrique de l'Ouest, ont demandé aux Nations Unies d'enquêter sur sa détention, arguant que son cas constitue un dangereux précédent pour la liberté de la presse.
 
Le journaliste Ignace Sossou, 31 ans, est en prison depuis le 20 décembre 2019, après qu'un procureur principal, Mario Mètonou, se soit plaint des commentaires que Sossou a publiés sur les médias sociaux.
 
Le mois dernier, les avocats de Sossou ont déposé une plainte contre le gouvernement du Bénin auprès du groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. Le groupe de travail, basé à Genève, peut enquêter sur des cas "de privation de liberté imposée arbitrairement".
 
"La détention d'Ignace Sossou est scandaleuse et injustifiée : 18 mois de prison pour trois tweets", a déclaré Henri Thulliez, l'un des avocats qui a adressé une pétition aux Nations unies. "Non seulement la liberté d'expression est réprimée, mais le droit de chaque citoyen à être informé est bafoué".
 
Le procureur général Mètonou n'a pas répondu aux demandes de commentaires.
 
Le 18 décembre, Mètonou s'est adressée aux journalistes lors d'un événement organisé par l'agence de développement des médias du gouvernement français, CFI.
 
Le discours de Mètonou, dont une version audio est disponible en ligne, a déclaré aux journalistes que la nouvelle loi béninoise sur les médias numériques "est comme une arme dirigée contre les temples des ... journalistes". M. Mètonou a également déclaré qu'une coupure d'Internet à l'échelle du pays, ordonnée par le gouvernement le jour des dernières élections législatives du Bénin, le 28 avril 2019, était "un aveu de la faiblesse du gouvernement".
 
Sossou a publié des extraits du discours de Mètonou sur Twitter et Facebook et le procureur général a déposé une plainte auprès de la police.
 
Deux jours plus tard, au lever du soleil, des membres de la police spéciale "cybercriminalité" du Bénin ont arrêté Sossou à son domicile devant sa femme et ses trois enfants. La police n'a pas dit à Sossou pourquoi il était en état d'arrestation ni fourni de documents pour justifier sa détention.
 
Selon les avocats, la police a détenu et interrogé Sossou pendant 96 heures sans lui permettre de parler à son avocat.
 
Le 24 décembre, après un procès accéléré de quatre jours, un tribunal de Cotonou, la plus grande ville du Bénin, a déclaré Sossou coupable de "harcèlement par voie électronique". Le tribunal a condamné Sossou à 18 mois de prison et à une amende de 350 dollars. L'avocat de Sossou n'a pas eu le temps de préparer une défense, a-t-il déclaré plus tard.  Sossou et ses avocats n'ont pas reçu de copie du jugement prononcé contre lui, ce qui rend un appel techniquement impossible.
 
Thulliez a déclaré qu'il est possible que Mètonou, le procureur qui a porté plainte contre le journaliste, ait regretté ses critiques de la loi sur les médias de son propre gouvernement et ait poursuivi Sossou "pour se couvrir contre une éventuelle réprimande de sa hiérarchie".
 
Thulliez est co-fondateur de la Plateforme pour la protection des dénonciateurs d'abus en Afrique, qui a récemment partagé des documents avec le Consortium international des journalistes d'investigation. Ces documents ont constitué la base de l'enquête sur les fuites à Luanda.
 
Par une récente matinée humide de février, la jeune famille de Sossou, des reporters de l'ICIJ et d'autres journalistes lui ont rendu visite en prison. Sossou, qui a récemment souffert d'une maladie en prison, n'avait pas vu sa fille de trois mois depuis son arrestation 66 jours plus tôt. "Je reste fort, la tête haute, car je sais que je suis injustement emprisonné", a déclaré Sossou, qui a collaboré avec l'ICIJ sur les enquêtes de Panama Papers et West AfricaLeaks.
 
L'année dernière, dans une autre affaire, un tribunal béninois a condamné Sossou à une peine de prison avec sursis pour "publication de fausses nouvelles" après qu'il ait révélé des allégations de fraude fiscale de la part de sociétés appartenant à un magnat des supermarchés et de l'hôtellerie, Jean-Luc Tchifteyan. L'une de ces nouvelles, dont une partie a été publiée par l'ICIJ, utilisait des documents de l'enquête de Panama Papers pour montrer que Tchifteyan possédait une société écran pour recevoir des commissions.
 
Les critiques et les observateurs ont déploré le dérapage de la démocratie au Bénin depuis que le président Patrice Talon, un ancien magnat du coton, a pris le pouvoir en 2016. Reporters sans frontières (RSF), qui travaille à la libération de Sossou, a déclaré que sa détention s'inscrit dans le cadre d'une "censure et d'une répression croissantes de la liberté d'expression".
 
En avril 2018, le Bénin a introduit une loi sur les médias numériques qui criminalise la publication en ligne de "fausses informations". Des critiques, notamment des journalistes et Amnesty International, ont demandé que la loi soit réformée. "Les nombreuses arrestations et poursuites effectuées en vertu de certaines de ses dispositions renforcent le climat de censure et de peur qui règne au Bénin", selon une analyse de la loi effectuée au début de l'année par Amnesty International.
 
Le président Talon s'est rendu à Washington, D.C., en janvier. Interrogé sur la détention de M. Sossou, un fonctionnaire du Département d'État a déclaré à l'ICIJ : "Nous continuons à suivre de près le cas de M. Sossou alors qu'il progresse dans le système judiciaire béninois et à dialoguer avec le gouvernement sur l'importance du respect de la procédure régulière et de la liberté de la presse".
 
Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF, a déclaré que le cas de Sossou pourrait être la première fois qu'un journaliste ouest-africain est emprisonné pour avoir "correctement rapporté des commentaires sur les médias sociaux".
 
"Le cas de Sossou est la preuve la plus flagrante que les lois florissantes visant à lutter contre la désinformation, la cybercriminalité, les discours de haine ou même le terrorisme en Afrique sont très souvent trop vaguement formulées et très restrictives", a déclaré M. Froger. "Aucun délit de presse ne devrait jamais conduire à une cellule de prison."
 
Nombre de lectures : 531 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter