Connectez-vous

Mali : onze opposants à la junte, dont des chefs de partis, arrêtés à Bamako

Vendredi 21 Juin 2024

Onze opposants maliens à la junte ont été arrêtés jeudi 20 juin au soir alors qu’ils se réunissaient dans la capitale Bamako, a fait savoir le lendemain leur coalition dans un communiqué. Parmi eux figurent des présidents de partis et mouvements politiques signataires d’une déclaration publiée le 31 mars et appelant la junte à rendre le pouvoir aux civils. 

 

Les interpellés se trouvent à la brigade d’investigation judiciaire (BIJ) à Bamako et devaient être présentés au procureur vendredi, a indiqué une source judiciaire. Après leur arrestation, ils ont été « entendus sur une réunion clandestine alors que les partis politiques sont interdits d’activités » au Mali par les militaires, selon une source à la BIJ...

 

Les signataires de la déclaration du 31 mars avaient constaté le « vide juridique et institutionnel » laissé après l’expiration du délai prévu pour le départ des militaires, et réclamaient la tenue d’une élection présidentielle « dans les meilleurs délais ».

La junte dirigée par le colonel Assimi Goïta avait en effet décrété en juin 2022 que les militaires céderaient le pouvoir aux civils fin mars 2024, après une présidentielle prévue en février de la même année. Mais le scrutin a été depuis reporté à une date toujours inconnue. 

 

Les expressions d’opposition sont devenues exceptionnelles au Mali, étouffées par les injonctions à l’unité nationale et les mesures répressives. [Le Monde avec AFP]

Nombre de lectures : 353 fois











Inscription à la newsletter