Connectez-vous

Macron refuse tout accord d'appareil pour bâtir sa majorité

Jeudi 19 Janvier 2017

Photo: Europe 1
Photo: Europe 1
PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a affirmé jeudi son ambition de porter son projet présidentiel en toute indépendance, en promettant qu'il ne conclurait aucun accord d'appareil et qu'il ne négocierait aucune investiture législative en échange de ralliements.
 
L'ancien ministre de l'Economie a confirmé lors d'une conférence de presse que son mouvement, En marche !, présenterait 577 candidats aux législatives qui suivront l'élection présidentielle et a lancé un appel à candidatures.
 
La perspective de négociations entre Emmanuel Macron et le vainqueur de la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier hante la campagne de cette primaire, les sondages donnant celui qui la remportera cinquième du premier tour de la présidentielle.
 
"En marche ! est une force politique centrale (...) il dépasse donc les clivages et les jeux d'appareils", a déclaré Emmanuel Macron.
 
"Je veux être très clair : il n'y aura aucun accord d'appareil avec quelque parti que ce soit, ce sont les idées et la volonté de transformer le pays qui doivent nous unir", a-t-il ajouté. "Je ne négocierai aucune circonscription contre un ralliement et ne sacrifierai rien de nos engagements initiaux."
 
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a assuré que le vainqueur de la primaire ne se retirerait pas de la course à la présidentielle, ni pour Jean-Luc Mélenchon ni pour Emmanuel Macron, et jugé que seul le PS était en mesure d'unir la gauche.
 
Emmanuel Macron a précisé que les candidats d'En marche ! aux élections législatives viendraient pour nombre d'entre eux de la société civile, avec l'objectif de 50% de non parlementaires parmi eux, que "nous respecterons un principe de parité stricte" et qu'aucun casier judiciaire ou condamnation à une peine d'inéligibilité ne serait toléré.
 
"En marche ! est là pour accueillir et porter les candidatures de citoyens engagés, ils peuvent être par ailleurs socialistes, radicaux, écologistes, centristes et Républicains, tant qu'ils se retrouvent dans notre projet", a-t-il dit.
 
"Nous veillerons dans les investitures à ce que ce pluralisme soit respecté et ces équilibres tenus."
Les candidats devront s'engager à respecter le projet présidentiel d'En marche !, qui sera présenté d'ici début mars.
Ces mêmes critères vaudront pour tous les autres scrutins, a précisé Emmanuel Macron.
 
Nombre de lectures : 65 fois












Inscription à la newsletter