Connectez-vous

Les rebelles du Tigré nient toute responsabilité dans le massacre de 125 civils au nord de l'Éthiopie

Jeudi 9 Septembre 2021

Après la mort d’au moins 125 civils tués début septembre dans le nord de l'Éthiopie, les rebelles du Tigré nient toute implication dans ce massacre. Les combats qui font rage dans la zone s’accompagnent d’accusations mutuelles entre le pouvoir central et les responsables du TPLF. Le conflit au Tigré se joue sur le terrain autant que sur le champ de la communication.
 
Alors qu’au moins 125 civils ont été tués début septembre en Amhara, région du nord de l'Éthiopie gagnée par le conflit qui fait rage au Tigré voisin, selon des médecins locaux, les rebelles tigréens ont nié mercredi 8 septembre toute responsabilité dans le massacre. "Nous rejetons catégoriquement les allégations selon lesquelles nos forces seraient impliquées dans le meurtre de civils", a déclaré Getachew Reda, porte-parole du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), sur Twitter.
 
De leur côté, des médecins assurent qu’au moins 125 civils ont été tués par les forces du TPLF dans le village de Chenna, dans la région Amhara, au sud du Tigré. Le de l'hôpital de la ville voisine de Dabat, a notamment déclaré à l'AFP avoir vu de ses propres yeux une fosse commune avec 125 morts, et que les recherches se poursuivaient pour trouver d'autres corps. (France24 avec AFP)
Nombre de lectures : 104 fois












Inscription à la newsletter