Connectez-vous

Les cours du pétrole en berne face à un dollar fort, une faible demande et des prévisions de hausse des stocks

Mardi 16 Janvier 2024

Les cours du pétrole ont baissé lors des échanges matinaux de ce mardi avec la hausse de l'indice du dollar américain et des prévisions d'un affaiblissement de la demande, dans un contexte de hausse des stocks américains de brut.

 

Le baril de Brent, de référence internationale, s'est échangé à 77,92 dollars le baril à 11 h 05, heure locale (08 h 05 GMT), avec une baisse de 0,29 % par rapport au cours de clôture des échanges du lundi qui avaient fixé le prix du baril à 78,15 dollars.

 

Le baril américain de référence West Texas Intermediate (WTI) s'est, pour sa part, échangé à 72,32 dollars le baril, avec une baisse de 0,65 % par rapport au cours de clôture du lundi qui était de 72,79 dollars le baril.

 

La hausse du dollar américain par rapport aux autres devises a contribué au recul des cours du pétrole. L'indice du dollar américain, qui mesure la valeur du dollar américain par rapport aux autres devises, a augmenté de 0,53 % à 102.695 points. Un dollar fort a tendance à faire baisser la demande en rendant l’acquisition du pétrole plus coûteuse pour les échanges en devises autres que le billet vert.

 

Les prévisions d'une baisse de la production pétrolière aux États-Unis, le plus grand pays consommateur de pétrole au monde, se sont renforcées à cause de la vague de froid. Les conditions météorologiques difficiles pourraient bloquer les activités des raffineries et, par conséquent, faire monter les prix du baril, dans un contexte de diminution des approvisionnements.

 

Les experts attendent la publication, prévue cette semaine, des données sur les stocks de pétrole brut de l’American Petroleum Institute (API) et des données officielles de l’Energy Information Administration.

 

Les données de l’API de la semaine dernière ont indiqué que les stocks américains ont diminué de 5,2 millions de barils, signe d’une augmentation de la demande sur le pétrole brut. Cependant, le concours d’une faible demande et d’une hausse des stocks, cette semaine, pourrait freiner cette tendance à la hausse des cours du baril.

 

L’escalade des tensions au Moyen-Orient, qui recèle la majeure partie des ressources pétrolières mondiales, et les perturbations des exportations via la mer Rouge, l'une des routes maritimes les plus utilisées au monde pour les expéditions de pétrole et de carburant, mettent en péril les approvisionnements et font grimper les prix.

 

La semaine dernière, des avions militaires américains et britanniques ont attaqué les villes yéménites de Sanaa, Hudaydah et Taiz en signe de représailles après les attaques menées par les Houthis contre les voies maritimes internationales en mer Rouge.

 

En réponse aux frappes aériennes américaines et britanniques, les Houthis du Yémen ont fait savoir, dans la journée du lundi, qu’ils avaient ciblé un navire américain par des tirs de roquettes navales au large des côtes yéménites. Yahya Saree, le porte-parole du groupe yéménite, a déclaré par voie de communiqué que l'attaque avait eu lieu dans le golfe d'Aden, affirmant que la frappe était “précise et directe“. [AA]

Nombre de lectures : 167 fois











Inscription à la newsletter