Connectez-vous

Les Bourses sceptiques face à l'accord sur le Brexit

Jeudi 17 Octobre 2019

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé jeudi en ordre dispersé, les investisseurs réagissant sans enthousiasme à un nouvel accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit tout en continuant d’éplucher des résultats trimestriels d’entreprises mitigés.
 
À Paris, le CAC 40 a cédé 0,42% à 5.673,07 points. Le Footsie britannique a pris 0,2% et le Dax allemand a cédé 0,12%.
 
L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,3%, le FTSEurofirst 300 de 0,12% et le Stoxx 600 0,1%.
A deux semaines de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne et à quelques heures d’un Conseil européen décisif, Londres et Bruxelles ont annoncé un accord sur le Brexit mais l’incertitude demeure quant à son approbation à la Chambre des communes.
 
“Quand la volonté est là, un accord est possible. Nous en avons un !”, s’est félicité le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sur Twitter, saluant “un accord juste et équilibré pour l’UE et le Royaume-Uni” et recommandant son approbation par le Conseil européen réuni à Bruxelles pour deux jours.
 
Parlant d’un “excellent nouvel accord”, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a de son côté souhaité une ratification lors d’une séance parlementaire exceptionnelle samedi afin de pouvoir “passer à d’autres priorités telles que le coût de la vie, le système de santé, les crimes violents et notre environnement”.
 
La marge de manoeuvre du locataire du 10 Downing Street s’annonce toutefois très étroite et l’équation compliquée. Trois cent-vingt voix sont en effet nécessaires pour que le texte soit ratifié aux Communes, qui ont rejeté par trois fois un précédent accord conclu en novembre 2018.
 
“S’il ne parvient pas à faire passer l’accord ce week-end, Johnson tentera probablement de parvenir à un ‘no deal’, bien que le Parlement ait rendu cela difficile légalement, ravivant ainsi la volatilité et le risque de baisse de la livre”, commente Jim Leaviss, responsable de l’équipe obligataire chez M&G.
 
A l’annonce de l’accord, les Bourses européennes ont augmenté leurs gains, les contrats à terme sur les indices de référence de Wall Street se sont installés dans le vert et la livre s’est envolée.
Puis tout est retombé, les investisseurs se disant certainement que ce feuilleton interminable du Brexit était loin d’être terminé.
 
VALEURS EN EUROPE
 
Si l’accord sur le Brexit n’a pas convaincu, les résultats ont clairement animé la cote.
A Paris, le CAC 40 a été pénalisé par Pernod Ricard, qui a perdu 4,17% après avoir annoncé un ralentissement de ses ventes au premier trimestre.
 
Du côté du SBF 120, l’équipementier automobile Faurecia a abandonné 6,52% après avoir fait état d’un recul de son chiffre d’affaires organique, affecté par la fin de plusieurs contrats importants de sièges, la dégradation globale des marchés et les premières retombées sur son activité de la grève chez General Motors.
 
Contre la tendance, l’une des plus fortes hausses du SBF 120 est pour Iliad, qui s’est envolé de 3,76% sur un relèvement de recommandation de JPMorgan, passé à “surpondérer” sur la valeur.
 
À WALL STREET
 
Les indices de la Bourse de New York évoluent en hausse modérée à l’heure de la clôture en Europe.
 
Aux valeurs, la banque américaine Morgan Stanley gagne 2,5473% après avoir publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu grâce à la hausse des revenus tirés du trading obligataire et de son activité de conseil en fusions et acquisitions.
 
Le groupe de vidéos en streaming Netflix prend 3,65% après avoir annoncé un nombre d’abonnés plus important que prévu.
 
A l’inverse, les résultats inférieurs aux attentes d’IBM déçoivent, faisant reculer le géant de la technologie de 6%, en queue de peloton du Dow Jones.
 
Les statistiques américaines publiées peu avant l’ouverture n’ont pas eu d’effet sur la tendance, que ce soit la baisse des conditions d’activité dans la région de Philadelphie, la hausse des inscriptions au chômage ou la baisse des mises en chantier.
 
TAUX
 
Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d’Etat varient peu après avoir monté eux aussi à la suite de l’annonce de l’accord sur le Brexit. Le Bund allemand à 10 ans a cédé un point de base et celui des Treasuries à 10 ans est quasiment stable à 1,748%
 
CHANGES
 
Sur le marché des changes, la devise britannique a touché un pic de cinq mois à 1,2943 dollar (+0,09%) avant de redescendre vers 1,2865.
Le dollar recule de 0,35% face à un panier de devises de référence.
L’euro gagne 0,46% à 1,112 dollar, à proximité d’un pic de deux mois.
 
PÉTROLE
 
Les cours du pétrole reculent après l’annonce d’une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.
Le cours du Brent perd 0,5% à 59,12 dollars et celui du brut léger américain WTI, Western Texas Intermediate) redescend vers 53 dollars (-0,2%).
 
Nombre de lectures : 69 fois












Inscription à la newsletter