Connectez-vous

Le nouveau gouvernement de RDC montre l'influence de l'ancien président Kabila

Lundi 26 Août 2019

KINSHASA (Reuters) - Le Premier ministre congolais a annoncé un nouveau gouvernement lundi, huit mois après la victoire électorale du Président Felix Tshisekedi, avec environ deux tiers des postes attribués aux alliés de l'ancien Président Joseph Kabila.
 
Lors des élections reportées de décembre dernier, Tshisekedi a battu un candidat officiellement soutenu par Kabila, dont le mandat a été prolongé, bien que les politiciens de l'opposition aient déclaré que le résultat avait été truqué dans un accord secret entre les camps de Kabila et de Tshisekedi.
 
La liste du Cabinet publiée lundi par le Premier ministre Illunga Illunkamba se composait principalement de personnes ayant peu ou pas d'expérience gouvernementale. Sur les 65 ministres nommés, 42 appartiennent à la coalition de Kabila et 23 à celle de Tshisekedi.
 
En plus de conserver une influence démesurée sur divers organismes de sécurité, la coalition du Front commun pour le Congo (FCC) de Kabila a remporté environ 70 % des sièges à la chambre basse du parlement et une majorité écrasante de sièges à l'assemblée provinciale lors des élections également tenues le 30 décembre 2018.
 
"Apparemment, le FCC maintiendra son emprise parce qu'il contrôle de nombreux départements ministériels ", a déclaré Jonas Tshiombela, une personnalité éminente de la société civile congolaise.
 
Kabila était censé avoir son mot à dire dans le gouvernement de la République démocratique du Congo, un vaste pays d'Afrique centrale riche en minerais de 80 millions d'habitants où il était responsable depuis l'assassinat de son père, Laurent, en 2001.
 
En mai, Tshisekedi a nommé Ilukamba, un proche allié de Kabila avec des années d'expérience au gouvernement et auparavant à la tête de la compagnie nationale des chemins de fer du Congo, comme Premier ministre. Mais les négociations sur d'autres postes gouvernementaux ont été bloquées depuis.
 
Gilbert Malaba, membre du parti de Tshisekedi, est ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, tandis que le ministre de la Défense échoit à Ngoy Mukena, un proche allié de Kabila.
 
Le portefeuille minier a été confié à Willy Samsoni, membre de la coalition de Kabila et ancien ministre des mines du gouvernement local de la province du Haut Katanga, tandis que l'ancien directeur général des impôts du Congo, Sele Yalaghuli, également un pilier de Kabila, est nommé ministre des Finances.
 
Jean-Baudouin Mayo Mambeke, allié de Tshisekedi, a pris le rôle plus subalterne de ministre du Budget.
 
Depuis son inauguration en janvier, Tshisekedi a marqué une rupture avec son prédécesseur dans certains domaines. En mars, il a gracié trois éminents prisonniers politiques et 700 prisonniers ordinaires, ce qui représente un changement marqué par rapport à la politique de Kabila, qui avait emprisonné des dizaines de ses opposants.
 
 
Nombre de lectures : 113 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter