Connectez-vous

Le dollar recule face à l'euro, hausse des réserves de change de la PBOC

Mardi 7 Août 2018

New York (awp/afp) - Le dollar reculait mardi face à l'euro après avoir atteint la veille un plus haut depuis plus d'un mois, alors que le niveau des réserves de change de la Banque centrale chinoise a surpris les observateurs.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie unique européenne s'échangeait à 1,1593 dollar, contre 1,1554 dollar lundi vers 21H00 GMT.

La devise européenne montait face au yen à 129,18 yens, contre 128,71 yens lundi soir.

Le dollar évoluait en légère hausse face au yen à 111,43 yens, contre 111,40 yens la veille.

Mardi, la Banque centrale chinoise (PBOC) a publié le montant de ses réserves de change, qui ont augmenté en juillet alors que les analystes s'attendaient à une baisse. Elles sont passées d'environ 3.112 milliards à 3.118 milliards de dollars.

"La chute du renminbi (autre nom donné au yuan) semble avoir été provoquée par les forces du marché, non par l'intention du gouvernement", qui a seulement laissé faire, a expliqué Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.

Selon lui, ces données suggèrent que la Chine "n'est ni en train de dévaluer ni en train de soutenir délibérément sa monnaie".

Vendredi dernier, la Banque centrale chinoise (PBOC) avait annoncé des mesures augmentant les coûts pour parier sur une baisse du yuan, afin d'enrayer la chute de la devise chinoise, qui évolue à un niveau proche de ses plus bas depuis mai dernier.

Cette dépréciation du yuan par rapport au dollar s'explique par la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington, et qui semble pour l'instant bénéficier au dollar.

La monnaie chinoise a terminé mardi à 6,8314 yuans pour un dollar contre 6,8535 yuans lundi et a perdu 8% depuis la fin avril.

Selon des analystes, le renchérissement de produits importés à cause des barrières douanières va générer de l'inflation aux États-Unis et pourrait pousser la Banque centrale américaine (Fed) à durcir sa politique de hausse des taux d'intérêt. Une hausse des taux rend le dollar plus rémunérateur et plus attractif pour les cambistes.

Mais mardi le dollar baissait au lendemain d'un plus haut depuis plus d'un mois face à la devise européenne.

"Pour continuer à monter, le dollar aurait besoin de nouveaux catalyseurs. En l'absence de nouveau motif de hausse, il devient vulnérable à des mouvements de vente" a observé Omer Esiner de Commonwealth FX.

Sur le plan géopolitique, une salve de sanctions américaines contre l'Iran est entrée en vigueur mardi, contre l'avis des autres signataires de l'accord sur le nucléaire iranien.

L'Union européenne a ainsi confirmé sa "détermination à protéger les opérateurs économiques européens engagés dans des affaires légitimes avec l'Iran".

Les analystes de Rabobank jugent que ce positionnement risque d'engendrer une "pression à la baisse sur l'euro".

Côté indicateurs, la production industrielle allemande a légèrement reculé en juin, de 0,9% sur un mois après un rebond de 2,4% en mai, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées mardi. La veille, les commandes industrielles pour la même période avaient plongé de 4% sur un mois, après avoir rebondi de 2,6% en mai.

Vers 19H00 GMT, l'once d'or valait 1.209,87 dollars contre 1.207,51 dollars lundi à 21H00 GMT.

Le bitcoin valait 7.104,73 dollars, contre 6.919,84 dollars lundi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.
Nombre de lectures : 87 fois









Inscription à la newsletter