Connectez-vous

Le député LFI Carlos Martens Bilongo visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale

Jeudi 11 Mai 2023

Le député Insoumis pourrait faire face à la justice
Le député Insoumis pourrait faire face à la justice
Le député LFI Carlos Martens Bilongo fait l'objet d'une enquête pour des soupçons de blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux, a annoncé jeudi le parquet de Pontoise, une affaire dont le jeune élu dit tout ignorer.
 
Selon la chaîne BFMTV, qui a révélé l'information, l'Insoumis de 32 ans est soupçonné d'avoir dissimulé un peu moins de 200.000 euros aux autorités sur la période 2018-2022 et fait l'objet d'une procédure ouverte mi-avril suite à un signalement de Tracfin, la cellule de renseignement financier de Bercy.
 
Le parquet de Pontoise n'a pas souhaité communiquer davantage de détails sur l'enquête, également ouverte du chef de manquement de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).
 
Une source ayant connaissance du dossier a confirmé à l'AFP l'existence d'un signalement Tracfin au sujet du parlementaire.
 
D'après la chaîne d'information, les enquêteurs passent au crible plusieurs opérations suspectes. Le député aurait reçu des virements sur ses comptes bancaires et encaissé plusieurs dizaines de milliers d'euros en espèces alors qu'il a déclaré à la HATVP ne toucher aucune rémunération de ses sociétés.
 
Tracfin a également signalé à la justice un compte non-déclaré à l'étranger dont le député serait titulaire, selon BFMTV.
 
Dans un communiqué transmis à l'AFP par son avocat Arié Alimi, Carlos Martens Bilongo a indiqué avoir découvert cette enquête par la presse et soutenu ne pas posséder de compte à l'étranger.
 
"A ma connaissance, l'intégralité des sommes versées sur mes comptes sociétés a été déclarée en bonne et due forme", a-t-il aussi dit, précisant avoir demandé à son expert-comptable de vérifier qu'aucune "erreur déclarative n'aurait pu être commise".
 
"Je serai parfaitement transparent sur l'intégralité de ces éléments tant avec les institutions qu'avec l'opinion publique", a-t-il ajouté.
 
- "Noir Français" -
 
Carlos Martens Bilongo a été élu en juin 2022 sous l'étiquette de la Nupes, mettant fin aux 14 années de mandat du baron local François Pupponi, figure socialiste du Val-d'Oise qui avait rejoint le parti présidentiel.
 
Le député noir s'est retrouvé en une de l'actualité en novembre dernier lorsque le député RN de Gironde Grégoire de Fournas a coupé une de ses interventions en lançant "Qu'il retourne en Afrique !", provoquant un incident d'une rare ampleur au Palais Bourbon.
 
Les condamnations du reste de la classe politique ont été unanimes, jusqu'au chef de l'Etat qui s'était dit "heurté" par des "mots intolérables".
 
M. de Fournas a écopé d'une sanction rarissime: une exclusion de l'Assemblée pour 15 jours de séance et la privation de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois.
 
Avant son élection, Carlos Martens Bilongo était professeur en économie, droit et gestion dans un lycée francilien. Il était également impliqué dans le monde associatif de Villiers-le-Bel, ville populaire du Val-d'Oise où il a grandi.
 
Il s'est fait connaître dans son département pour ses prises de position aux côtés d'associations de défense de l'environnement qui dénoncent le projet de gare du futur métro du Grand Paris sur le Triangle de Gonesse.
 
L'annonce de l'ouverture de l'enquête survient le jour de la publication de son premier livre, "Noir Français" aux éditions Philippe Rey, témoignage d'un "gamin de Villiers-le-Bel" sur "son histoire faite de luttes, de stratégies de survie, d'intelligence du terrain".
 
"Je suis ce jeune de 32 ans, militant associatif dans les quartiers populaires. Je sais que je dérange ! Car je suis ce Noir à l'œuvre dans les plus grandes institutions françaises", y écrit-il en conclusion. (AFP)
Nombre de lectures : 127 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter