Connectez-vous

La Bourse de Paris plie sous les déclarations des banquiers centraux

Mercredi 17 Janvier 2024

La Bourse de Paris a terminé en baisse de 1,07% mercredi, une succession d'interventions des banquiers centraux bien moins optimistes que le marché sur la politique monétaire en 2024 faisant tomber les cours.

 

L'indice vedette CAC 40 a reculé de 79,31 points pour finir à 7.318,69 points. Mardi, il avait perdu 0,18%. Il est désormais au plus bas depuis le 30 novembre.

 

Tant du côté de la Banque centrale américaine (Fed) que de son homologue européenne (BCE), "il y a la volonté de calmer les ardeurs des marchés", qui se projettent vers des baisses de taux directeurs de ces institutions dès mars, explique Andréa Tuéni, analyste de Saxo Banque.

 

Après un influent responsable de la Fed mardi, c'est la présidente de la BCE Christine Lagarde qui est montée au front mercredi lors du Forum de Davos. Selon elle, la BCE pourrait commencer à réduire ses taux d'intérêt seulement cet été ou d'ici l'été.

 

"Il y a encore un niveau d'incertitude et certains indicateurs qui ne sont pas ancrés au niveau où nous voudrions les voir" a-t-elle affirmé.

 

Ces déclarations ont fait baisser la probabilité estimée par les acteurs du marché d'une baisse de taux directeurs dès mars, même si l'idée demeure encore majoritaire

 

Sur le marché obligataire, l'emprunt de l'Etat français à échéance dix ans, qui fait référence, s'est établi à 2,81% contre 2,75% mardi.

Ces mouvements ont "eu un impact" ensuite sur les cours de Bourse, décrit M. Tuéni.

 

La baisse a aussi été renforcée par "la tendance en Chine", où les indices ont dévissé après la publication d'une croissance chinoise décevante, observe l'analyste.

 

La Chine a connu en 2023 la croissance la plus faible depuis trois décennies hors période de Covid, au moment où une crise dans l'immobilier et des incertitudes fragilisent la reprise pour la deuxième puissance mondiale.

 

Le luxe perd encore de l'éclat

 

Les entreprises du luxe ont été pénalisées par la Chine et la perspective de taux d'intérêt élevés plus longtemps. LVMH a cédé 2,84% à 647,40 euros, Kering 3,51% à 346,10 euros et Hermès 0,84% à 1.810 euros.

 

Kering et LVMH signent deux des trois plus mauvaises performances du CAC 40 sur les premières séances de 2024, en baisse de plus de 10%.

 

Les changements de considération dans les taux d'intérêt ont aussi handicapé le secteur technologique, avec Teleperformance en baisse de 2,65% à 128,50 euros et STMicroelectronics en baisse de 2,36% à 38,88 euros.

La foncière Unibail-Rodamco-Westfield a aussi perdu 1,79% à 65,66 euros.

 

Cas de force majeure pour TotalEnergies

 

TotalEnergies (-2,22% à 58,76 euros) a annoncé mardi soir avoir activé le cas de "force majeure" pour le gigantesque projet Arctic LNG 2 dans l'Arctique russe, dont il s'était mis en retrait début 2022 et qui est désormais visé par des sanctions américaines.

 

Cette clause juridique permet aux entreprises de suspendre les livraisons en raison de facteurs jugés indépendants de leur volonté. 

 

L'entreprise a aussi pu être pénalisée par le repli des prix du pétrole au cours de la séance.

 

OVH Cloud réussit sa journée investisseurs

 

Le fleuron français du cloud OVH Cloud a gagné 5,40% à 9,95 euros au terme de sa journée investisseurs, où il a décrit ses objectifs financiers jusqu'en 2026. Il espère pouvoir générer de la trésorerie sur l'année 2026 et vise une croissance organique (à données comparables) annuelle entre 11 et 13% entre 2024 et 2026. [AFP]

 

Nombre de lectures : 195 fois











Inscription à la newsletter