Connectez-vous

La Bourse de Paris a terminé stable, en attendant l'inflation américaine

Mercredi 10 Janvier 2024

La Bourse de Paris a terminé stable (-0,01%) mercredi, restant en position d'attente comme depuis le début de la semaine, à la veille de l'inflation américaine et un peu avant le début de la saison des résultats.

 

L'indice vedette CAC 40 a reculé de 0,54 point à 7.426,08 points, après avoir passé toute la séance proche de l'équilibre. Sur les trois premières séances de la semaine, il avance de 0,07%.

 

Faute d'importants indicateurs mercredi, les investisseurs ont pris peu de positions avant l'inflation aux Etats-Unis de décembre, qui sera publiée en milieu de journée jeudi.

 

La tendance sera précieuse pour la banque centrale américaine, qui tient sa première réunion de l'année à la toute fin janvier.

 

Les marchés actions ont fortement monté dans les derniers mois de 2023 avec la croyance que la baisse de l'inflation allait permettre aux banques centrales d'abaisser dès mars et plusieurs fois dans l'année leur taux directeur.

 

Toutefois, "il est probable que les marchés aient anticipé avec trop de précipitation l'arrivée de baisses de taux directeurs rapides", estiment les analystes de la Banque Postale AM.

 

La Bourse de Paris a ainsi légèrement reculé au cours de la première semaine de 2024, pénalisée notamment par le rebond du coût des emprunts des Etats. Jeudi, le taux à 10 ans de l'emprunt français s'est établi à 2,75%, contre 2,72% mardi.

 

Hermès recherché

 

Le géant du luxe Hermès, un des poids lourds de la cote parisienne, a été la valeur ayant le plus progressé dans l'indice phare CAC 40, de 1,52% à 1.854,00 euros.

 

Dans un moment difficile pour le secteur en Bourse, "les caractéristiques de l'entreprise" et de son modèle économique "ont tendance à se démarquer", ont rappelé les analystes de Stifel dans une note.

 

Selon eux, "cela devrait être particulièrement prononcé pendant la saison des résultats du premier trimestre 2024".

 

L'aviation scrutée

 

Transavia, la compagnie aérienne low-cost du groupe Air France-KLM, a pris livraison mercredi du premier de ses Airbus A320neo, qui vont graduellement se substituer à ses Boeing 737 d'ancienne génération. Le constructeur européen a gagné 0,64% à 144,04 euros, quand le titre d'Air France-KLM a perdu lui 5,62% à 12,69 euros, en queue de l'indice élargi SBF120.

 

L'équipementier aéronautique Figeac Aero (+10,73%, à 5,78 euros), qui a fait l'objet d'une restructuration financière après l'effondrement de son activité pendant la pandémie, vise une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires "supérieure à 10%" d'ici 2028, a annoncé mardi le groupe.

 

Boiron lance l'OPA

 

L'offre publique d'achat (OPA) concernant le laboratoire sera ouverte du 11 janvier au 31 janvier 2024 inclus, a annoncé mercredi l'Autorité des marchés financiers. Les actionnaires familiaux du laboratoire Boiron, qui détiennent déjà près de 70% du capital, avaient annoncé en juillet leur intention de retirer l'entreprise de la cote parisienne. [AFP]

Nombre de lectures : 148 fois











Inscription à la newsletter