Connectez-vous

L'Europe finit en baisse, nervosité liée à la pandémie

Jeudi 19 Novembre 2020

Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, les inquiétudes liées à la crise sanitaire, alimentées par de mauvaises statistiques américaines, prenant le pas sur les espoirs de vaccin.
 
À Paris, le CAC 40 a reculé de 0,67% à 5.474,66 points. Le Footsie britannique a lâché 0,8% et le Dax allemand 0,88%.
L’indice EuroStoxx 50 a perdu 0,87%, le FTSEurofirst 300 a abandonné 0,68% et le Stoxx 600 a cédé 0,75%.
 
Les craintes liées à la crise sanitaire ont accaparé l’attention des investisseurs, occultant les informations positives de plusieurs laboratoires sur leur vaccin expérimental.
 
Les Etats-Unis ont franchi la barre des 250.000 morts mercredi et la ville de New York a décidé la fermeture des écoles publiques. Tokyo a relevé son seuil d’alerte au niveau maximal ce jeudi alors que le nombre quotidien de nouvelles infections a atteint un record.
 
VALEURS
 
Parmi les secteurs affichant les plus forts reculs, l’énergie (-1,48%), les ressources de base (-1,92%) et les transports et loisirs (-1,66%) ont pâti une nouvelle fois des craintes sur la conjoncture.
 
Unibail-Rodamco-Westfield et TechnipFMC ont accusé les deux plus fortes baisses du CAC avec des replis de plus de 4%.
 
Vallourec a chuté de 10,08% après avoir annoncé une perte nette de 636 millions d’euros au titre des neuf premiers mois de l’année et la suppressions d’environ 1.050 postes.
 
L’action Bouygues n’est pas parvenue à résister à la tendance baissière du marché (-0,77%) malgré la publication par le groupe d’une forte amélioration de ses résultats trimestriels lui permettant de relever ses perspectives pour le second semestre.
 
Le conglomérat allemand Thyssenkrupp a perdu 3,39% après avoir annoncé la suppression de 5.000 postes supplémentaires pour atténuer l’impact de la crise sanitaire sur ses activités.
 
WALL STREET
 
Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en ordre dispersé, le Dow Jones perdait 0,48%, le Standard & Poor’s 500 0,22% tandis que le Nasdaq Composite gagnait 0,53%.
 
LES INDICATEURS DU JOUR
 
Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont enregistré une augmentation surprise aux Etats-Unis, à 742.000 contre 707.000 pour le consensus et 711.000 la semaine précédente, les nouvelles restrictions sanitaires visant à endiguer la propagation du coronavirus ayant entraîné une vague de licenciements et le ralentissement de la reprise du marché du travail.
 
“La faute en incombe carrément à Washington où il n’y a aucune tentative de combattre le virus de manière coordonnée ou de lutter contre la récession en renouvelant et en augmentant les allocations chômage aux millions de chômeurs”, a déclaré Chris Rupkey chez MUFG.
 
La croissance de l’activité manufacturière dans le nord-est des Etats-Unis a reculé en novembre à 26,3 après 32,3 en octobre.
 
TAUX/CHANGES
 
Les rendements des emprunts d’Etat de référence sont orientés à la baisse, de plus de deux points de base pour le dix ans américain à 0,8554%. Son équivalent allemand a fini en baisse à -0,57%.
 
Après cinq séances de repli, le dollar reprend 0,23% face à un panier de devises internationales, l’optimisme concernant les vaccins se heurtant aux inquiétudes concernant la fragile reprise économique mondiale.
L’euro recule à 1,1837 dollar.
 
PÉTROLE
 
Le marché pétrolier recule alors que les espoirs d’un vaccin ont été éclipsés par l’augmentation des nouveaux cas de coronavirus dans le monde, ce qui entraîne une nouvelle fois des inquiétudes quant aux perspectives de la demande de brut.
 
Le baril de Brent cède 0,63% à 44,06 dollars et celui de brut léger américain 0,69% à 41,53 dollars. (Reuters)
 
Nombre de lectures : 94 fois












Inscription à la newsletter