Connectez-vous

L'Europe boursière finit en hausse malgré Wall Street

Jeudi 8 Août 2019

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi mais sous leurs meilleurs niveaux du jour, résistant à un accès de nervosité à l’ouverture de Wall Street où le Dow Jones a perdu jusqu’à 2% en début de séance.
 
Les inquiétudes autour du conflit économique sino-américain et la crainte d’une récession continuent de tarauder les investisseurs qui se reportent massivement sur les obligations d’Etat et d’autres actifs jugés sûrs, dont l’or qui a atteint les 1.500 dollars l’once pour la première fois depuis 2013.
 
Contrairement à mardi, les places européennes ont pu toutefois se maintenir en territoire positif et le CAC 40 a conservé en clôture un gain de 0,61% à 5.266,51 points, mettant fin à une série de trois séances de baisse même s’il a fini nettement sous son point haut du jour à 5.312,31.
 
Le Footsie britannique a gagné 0,38% et le Dax allemand 0,71%. L’indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,56% et le FTSEurofirst 300 de 0,25%, le Stoxx 600 terminant pour sa part sur un gain de 0,24% après avoir pris jusqu’à 1,1% le matin et effectué une brève incursion dans le rouge après l’ouverture de Wall Street.
 
“Il reste une pression vendeuse, les marchés sont trop nerveux”, commente un trader à Londres.
La Banque populaire de Chine (BPC), qui avait rassuré les marchés mardi en fixant le taux pivot du yuan au-dessus des attentes des cambistes, a fait l’inverse mercredi et la décision de la banque centrale de Nouvelle-Zélande de réduire son taux directeur d’un demi-point, plus que prévu, a alimenté les inquiétudes sur la croissance mondiale.
 
Les intervenants ont en revanche apprécié les déclarations de la Maison blanche sur sa volonté de poursuivre les discussions avec Pékin pour parvenir à un accord commercial, malgré sa décision de jeudi dernier d’imposer de nouveaux droits de douane à compter du 1er septembre.
 
VALEURS
 
En tête du CAC 40, EssilorLuxottica a gagné 3,22% alors qu’un de ses dirigeants a dit envisager d’autres acquisitions après l’annonce en juillet du rachat du néerlandais GrandVision GVNV.AS.
A Francfort, Bayer s’est s’adjugé 6,02%, meilleure performance du Dax et de l’EuroStoxx 50, et Lanxess 4,04% après avoir annoncé la vente de leur coentreprise Currenta, un exploitant de sites chimiques, à l’australien Macquarie Infrastructure and Real Assets pour une valeur d’entreprise de 3,5 milliards d’euros.
 
Les plus fortes baisses sectorielles ont été pour les ressources de base (-0,99%), les hydrocarbures (-0,98%) et les valeurs bancaires (-0,77%), affectées les premières par le conflit commercial, les secondes par la chute des cours du pétrole et les troisièmes par la baisse des taux longs.
 
Au sein du secteur bancaire, Commerzbank a chuté de 6,43%, la plus forte baisse du FTSEurofirst, et Unicredit de 4,94%, leur recul ayant été amplifié par des résultats trimestriels décevants.
 
 
 
Nombre de lectures : 49 fois












Inscription à la newsletter