Connectez-vous

Jair Bolsonaro : «Seul Dieu m’enlèvera d’ici!»

Mercredi 8 Septembre 2021

Au terme d’une journée de manifestations massives en sa faveur dans tout le pays, le président brésilien a encore critiqué le système électoral.
 
Haranguant une foule de dizaines de milliers de partisans mardi à São Paulo, le président brésilien Jair Bolsonaro a lancé que «seul Dieu» pouvait le chasser du pouvoir et a multiplié les attaques contre les institutions et le système électoral.
 
«Nous voulons des élections propres, vérifiables, avec le comptage public des voix. Je ne peux pas participer à une farce comme celle que promeut le Tribunal supérieur électoral» (TSE), a dit le président d’extrême droite, face à la foule jaune et verte de partisans massée sur l’avenue Paulista.
 
En appelant ses partisans à des manifestations massives dans tout le pays à l’occasion de la Fête nationale, Jair Bolsonaro voulait faire une démonstration de force, alors qu’il n’a jamais été aussi affaibli en près de trois ans de mandat.
 
Il est donné perdant face à l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva pour l’élection d’octobre 2022, sa cote de popularité est au plus bas et il est fragilisé par de nombreuses enquêtes ouvertes à la demande de la Cour suprême contre lui.
 
«Mito, Mito !»
 
L’opposition, bien que plus faiblement mobilisée, manifestait elle aussi, réclamant le départ d’un président accusé de menacer la démocratie, d’avoir géré pitoyablement la crise du Covid, ainsi que l’économie: chômage quasi record et inflation.
 
Présent en matinée auprès de ses partisans dans la capitale brésilienne, Jair Bolsonaro avait déclaré qu’une «nouvelle histoire» était en train d’être écrite au Brésil. «Votre soutien est indispensable pour qu’on aille de l’avant. Je veux dire à ceux qui veulent me rendre inéligible à Brasilia: «seul Dieu m’enlèvera d’ici!» a-t-il insisté, ovationné par la foule aux cris de «Mito, Mito!» («le Mythe», son surnom).
 
Jair Bolsonaro risque effectivement d’être déclaré inéligible en raison de ses attaques répétées contre le système de vote électronique en vigueur au Brésil depuis 1996. Il n’a cessé de dénoncer des fraudes, sans jamais en apporter la preuve. Pour ses détracteurs, ses critiques sont une stratégie pour pouvoir contester le résultat jusqu’au bout en cas de défaite l’an prochain, à l’image de l’ex-président Donald Trump, qu’il admire.
 
Sur les pas de Donald Trump
 
Ses partisans, eux, espèrent au contraire que Jair Bolsonaro ira encore plus loin: «Nous sommes ici pour dire que le président et l’armée doivent intervenir. Ce sont les seuls qui protègent notre liberté. À partir de ce 7 septembre, ils peuvent le faire», dit à l’AFP Valdivino Pereira, un ouvrier métallurgiste défilant à São Paulo.
 
«Ce qui est le plus inquiétant, ce sont ces discours du président contre des institutions démocratiques, notamment la Cour suprême, du jamais vu depuis le retour de la démocratie» après la dictature militaire de 1964-1985, déplore le politologue Mauricio Santoro.
 
En fin d’après-midi, alors que commençait à se vider l’Avenida Paulista où 125’000 bolsonaristes s’étaient massés, selon des chiffres de la Sécurité publique, aucun incident majeur n’avait été déploré. Mais des journalistes ont été molestés à Brasilia. Plusieurs dizaines de manifestants pro-Bolsonaro s’étaient rassemblés en matinée dans la capitale où la sécurité avait été renforcée, avec pas moins de 5000 policiers, pour éviter toute réédition de l’invasion du Capitole en janvier dernier, à Washington.
 
La veille au soir, des centaines de bolsonaristes, à bord de camions, avaient brisé des barrières et pénétré dans l’avenue menant au Congrès et à la Cour suprême, qu’ils menaçaient d’«envahir». Mardi, en fin d’après-midi, des journalistes ont été violemment pris à partie par des bolsonaristes.
 
«Ultimatum»
 
Arrivé dans l’après-midi à São Paulo après Brasilia, Jair Bolsonaro a prononcé un discours au ton martial. Il s’en est notamment pris à l’un des juges de la Cour suprême, Alexandre de Moraes, qui a ordonné l’ouverture d’enquêtes contre lui et son entourage, notamment pour dissémination de fausses informations.
 
«Soit le chef de ce pouvoir (la Cour suprême) remet (Moraes) à sa place, soit ce pouvoir va subir des conséquences dont personne ne veut», a-t-il déclaré. Des propos clairement menaçants, alors que Jair Bolsonaro avait déjà présenté cette journée de mobilisation comme un «ultimatum» contre la Cour suprême.
 
«Nous ne voulons pas de rupture. Nous ne voulons pas nous battre avec les autres pouvoirs. Mais nous ne pouvons pas permettre que quiconque mette en péril notre liberté», a-t-il ajouté, sous les applaudissements des manifestants enveloppés dans les drapeaux vert jaune du Brésil.
 
Pratiquement aucun d’entre eux n’utilisait de masque, alors que, malgré l’avancée de la vaccination, la pandémie est loin d’être contrôlée dans un pays où plus de 580’000 personnes sont mortes du Covid-19. (AFP)
 
Nombre de lectures : 139 fois












Inscription à la newsletter