Connectez-vous

Hommage à un ex-soldat nazi: le président du parlement canadien démissionne

Mardi 26 Septembre 2023

Zelensky et Trudeau au parlement canadien
Zelensky et Trudeau au parlement canadien

Le président de la Chambre des communes du Canada a annoncé mardi sa démission après le scandale provoqué par l'hommage rendu au parlement à un vétéran ukrainien ayant combattu avec les nazis pendant la Seconde guerre mondiale, à l'occasion de la visite de Volodymyr Zelensky.

 

"C'est avec le coeur lourd que je me lève pour informer les membres de ma démission en tant que président de la Chambre des communes", a déclaré Anthony Rota devant le parlement, parlant de "ses profonds regrets pour son erreur".

 

Ce dernier était sous pression depuis le week-end dernier puisque les partis d'opposition demandaient sa démission - tout comme les ténors de son propre clan, les libéraux du Premier ministre Justin Trudeau. Ce dernier avait parlé lundi d'un hommage "inacceptable" et "profondément gênant".

 

Lors du passage du président ukrainien Volodymyr Zelensky à Ottawa vendredi, Anthony Rota a fait applaudir dans l'enceinte du parlement Yaroslav Hunka, vétéran ukrainien de 98 ans accusé d'avoir combattu dans la SS.

 

Il avait présenté cet homme comme un "héros ukrainien", venant de sa circonscription électorale. Les députés de tous les partis, Justin Trudeau, son gouvernement et Volodymyr Zelensky, de confession juive, se sont levés pour applaudir Yaroslav Hunka, ignorant les détails de son passé.

 

Selon l'association de défense de la communauté juive au Canada, les Amis du Centre Simon Wiesenthal (FSWC), M. Hunka a servi dans la 14e division Waffen Grenadier de la SS, une unité militaire nazie dont les crimes contre l'humanité pendant l'Holocauste sont bien documentés.

 

"Ce geste de reconnaissance publique a causé de la douleur à des individus et des communautés, notamment à la communauté juive au Canada (...) ainsi qu'aux survivants de l'Holocauste en Pologne. J'accepte l'entière responsabilité de mes actions", a-t-il ajouté.

 

- "Victoire de propagande pour la Russie" -

 

Elu pour la première fois en 2004 sous la bannière libérale, M. Rota, 62 ans, a été réélu à cinq reprises. Il était le président de la Chambre depuis 2019, un poste clé du système parlementaire canadien, au-dessus des partis.

 

Il assumait de nombreuses responsabilités administratives et diplomatiques ainsi que les liens avec le Sénat et la Couronne, c'est-à-dire la représentation du roi Charles III, chef d'Etat en titre du Canada.

 

Anthony Rota s'était excusé dimanche une première fois pour cette invitation, expliquant "être le seul responsable de cette initiative".

 

Mais ses excuses n'avaient pas suffi devant la polémique qui menaçait de retomber sur le Premier ministre canadien.
 

Mardi, de nombreux membres du gouvernement étaient ainsi montés au front: ainsi Mélanie Joly, la ministre des Affaires étrangères avait estimé que M. Rota n'avait pas le choix et devait démissionner, parlant de "honte pour les Canadiens".

 

Pour le parti conservateur, principale force d'opposition au Canada et en hausse dans les sondages, le gouvernement Trudeau est responsable de ne pas avoir vérifié les antécédents de M. Hunka avant de lui rendre hommage.

 

Pour Les Amis du Centre Simon Wiesenthal, cet incident "a compromis l'intégrité de tous les 338 membres du Parlement et a également offert une victoire de propagande à la Russie".

 

Moscou a en effet souvent justifié son intervention en Ukraine depuis février 2022 en expliquant devoir combattre le "néonazisme" du gouvernement Zelensky.

 

Il s'agissait de la première visite officielle du président ukrainien sur le sol canadien depuis le début de l'invasion de la Russie.

 

Le Canada, qui était le dernier pays du G7 à être visité par Vlodymyr Zelensky, compte la deuxième plus importante diaspora ukrainienne au monde après la Russie avec quelque 1,4 million de personnes d'origine ukrainienne sur son territoire. [AFP]

 
Nombre de lectures : 162 fois











Inscription à la newsletter