Connectez-vous

GUINEE-BISSAU - Maurice Paulin Toupane (Chercheur à ISS, Dakar) : « Embalo a pris de l’avance mais il traîne des handicaps.»

Dimanche 22 Mars 2020

La Guinée Bissau semblait avoir retrouvé une relative stabilité depuis quelques années, en dépit de quelques soubresauts en chemin. Mais l’élection présidentielle du 29 décembre au terme de laquelle Umaru Sissoco Embalo a été désigné vainqueur par le Commission électorale nationale contre l’avis de la Cour suprême replonge le pays dans ses vieux travers. Soutenu par l’armée, Embalo manque cependant de légitimité au plan international. (Interview)


Ce qui se passe actuellement en Guinée Bissau était-il prévisible en amont du scrutin présidentiel ?
 
La crise post-électorale que traverse actuellement la Guinée-Bissau est le prolongement de celle de 2015, déclenchée après le limogeage en août de la même année de l’ancien premier ministre par ailleurs président du PAIGC, Domingos Simoes Pereira, par l’ancien président José Mario Vaz. Elle était articulée autour du contrôle du PAIGC et du pouvoir politique en Guinée-Bissau et opposait deux factions au sein même du PAIGC: la direction actuelle du PAIGC dirigée par Pereira et un groupe de dissidents soutenant le président Vaz et qui a créé le MADEM-G15 (Mouvement pour l’alternance démocratique, ndlr) en 2018.
 
La persistance de cette crise et la paralysie des institutions qui en a résulté malgré les efforts de médiation de la CEDEAO soutenue par les acteurs internationaux et ayant abouti à l’Accord de Conakry du 14 octobre 2016, a amené les acteurs internationaux à privilégier les élections législatives comme solution de sortie de crise au détriment de la table ronde de dialogue nationale et de la mise en œuvre des réformes prioritaires (révision de la constitution et des lois électorales) avant les élections prévues par l’accord de Conakry. Or, l’organisation des élections législatives puis présidentielles sans un dénouement préalable de la crise laissait présager la situation dans laquelle on se trouve actuellement.
 
Image
Umaro Sissoco Embalo et Nuno Gomes Nabiam

La Cour suprême avait en vain ordonné un recomptage des suffrages obtenus par les deux finalistes de la présidentielle. Cet épisode ne reflète-t-il pas la faiblesse des institutions ? Pourquoi la Commission électorale n’a pas suivi la Cour suprême ?
 
Le bras de fer entre la Cour suprême de justice, organe judiciaire suprême faisant office de Cour constitutionnelle (ou Conseil constitutionnel) et la Commission électorale nationale indépendante (CNE) révèle en effet la faiblesse des institutions. Il est intervenu dans un contexte tendu marqué par des pressions internes et externes ne permettant pas aux deux organes impliqués dans le processus électoral de faire sereinement leur travail.

Cette controverse n’avait non seulement pas sa raison d’être, mais elle révèle surtout deux aspects à notre avis : la propension des acteurs clés de la scène politique bissau-guinéenne à interpréter de façon abusive et partisane la loi fondamentale du pays, et une tradition de remise en cause des décisions des institutions de la république pour préserver leurs intérêts partisans. Elle renseigne en outre sur la nécessité de concrétiser les réformes institutionnelles pour clarifier les dispositions constitutionnelles et électorales floues qui favorisent toutes sortes d'interprétations. Dans ce cadre, la création d’une Cour constitutionnelle capable de faire prévaloir la lettre et l’esprit de la Constitution avec une autorité morale et technique supérieure à celle d’une Cour suprême doit être sérieusement envisagée.
 
Après avoir donné l’impression de faire pression sur la Cour suprême pour avaliser les résultats proclamés par la CNE, la Cedeao dénonce quasiment un coup d’Etat. Comment expliquez-vous ce revirement ?
 
La CEDEAO, en “prenant acte des résultats définitifs du deuxième tour” et en félicitant Embalo dans son communiqué du 22 janvier alors même que le contentieux électoral n’était pas encore vidé par la Cour suprême, donnait en effet l’impression de mettre la pression sur cette dernière. Cette posture a non seulement fragilisé la Cour, mais aussi rendu difficile la gestion du contentieux électoral.
 
Mais il faut rappeler que la CEDEAO est, depuis le coup d’état d’avril 2012, l’acteur clé du processus de stabilisation de la Guinée-Bissau. Elle avait réussi quasiment seule à mettre en place une transition,  envoyé dans la foulée une mission diplomatique et militaire chargée de sécuriser les institutions, et soutenir le pays dans la Réforme du secteur de la défense et de la sécurité. Elle a par la suite tenté de corriger cette erreur en appelant la Cour suprême et la CNE à collaborer et à finaliser le processus électoral dans son communiqué du 21 février. Mais c’était trop tard.
 
Le nouveau régime est-il légitime ? Comment pourrait-il évoluer en solo dans l’espace Cedeao ?
 
Face à la persistance du bras de fer entre la Cour suprême et la CNE qui retarde la proclamation des résultats définitifs, Embalo, déclaré vainqueur à quatre reprises par la CNE, a jugé nécessaire d’organiser sa propre investiture. Il a par la suite nommé un premier ministre et mis en place un gouvernement. L’investiture de Sissoco comme président de la République et le Gouvernement de Nuno Gomes Nabiam ne sont pas reconnus, notamment par la CEDEAO qui considère qu’ils sont faits “en dehors cadres légaux et constitutionnelles”. Cette situation a créé un malaise au sein de la CEDEAO, mais aussi de la communauté internationale qui, visiblement, refuse de cautionner ce “coup de force” qui semble remettre en selle certains acteurs militaires sous sanction des Nations unies et qui sont soupçonnés d’être impliqués dans le trafic de drogue. Il sera donc difficile à Sissoco d’évoluer dans un environnement régional, continental et international où les acteurs refusent de le reconnaître comme président.  
  
ImageLa première réunion du conseil des ministres présidée par Umaru Sissoco Embalo

Quels sont les rapports de forces entre les différents protagonistes de la crise ? Embaló peut-il s’installer durablement à Bissau ? Où se situe l’armée ?
 
L’armée a souvent joué un rôle politique déterminant en Guinée-Bissau. Elle est à l’origine de plusieurs coups d’état, le dernier datant d’avril 2012. Mais depuis ce coup, elle est restée hors du jeu politique en gardant une certaine neutralité. D’ailleurs le Chef d’état-major général des armées, Biagui Nantam, nommé en 2014, a souvent rappelé que les militaires resteraient désormais « en dehors des querelles politiques ». Mais son positionnement actuel auprès de Sissoco rompt d’avec cette posture de neutralité et laisse croire qu’il y’a effectivement une tentative de certaines factions de cette armée d’influencer le jeu politique.
 
L’alliance politico-militaire mise en place par Embalo lui donne une certaine avance sur son adversaire du PAIGC. Il a cependant deux handicaps. Il ne bénéficie pas de la légitimité nécessaire d’autant plus que le contentieux électoral n’est pas encore vidé par la Cour suprême et sa prise de fonction est considérée comme illégale. Il n’a pas encore reçu le soutien diplomatique qu’il espérait du fait non seulement de ce manque de légitimité mais aussi de l’implication de l’armée, notamment de figures militaires à la réputation controversée. C’est justement sur ces deux aspects que semble se focaliser le PAIGC, qui essaie de mobiliser l’opinion publique nationale et internationale contre ce qu’il considère comme un “coup d’état”. Même si le PAIGC semble affaibli sur le plan interne du fait de l’absence de soutiens solides au sein de l’armée, il reste que ce parti déploie une stratégie diplomatique qui lui permet de rester dans le jeu politique. Le gouvernement d’Aristides Gomes est considéré comme le seul légitime par les acteurs régionaux et internationaux. Au regard de ces éléments là, le défi d’Embalo à court et moyen terme est de maintenir l’unité de cette coalition composée d’acteurs politiques et militaires aux intérêts multiples et divergents.
Propos recueillis par Momar DIENG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nombre de lectures : 177 fois


1.Posté par Barros le 22/03/2020 18:40
O grande problema da Guiné-Bissau, é ausência de verdade sobre os fatos. As forças armadas, é um braço de armado de um partido político!! Esta força armada intervém no cenário político sempre o partido sua perferencia estiver em desvantagem nas urnas. O mundo viveu este cenário em 2012, golpe de Estado contra PAIGC sob liderança de CADOGO Junior e desta vez contra DSP. Para agravar a situaçao entra em cena um países vizinhos, minimizando todo risco que a sua intromissão pode causar nas relações Estados. Hoje parece que atores externos da crise de Bissau, nao estao muito confortáveis. Se pretendemos uma África progressista, é preciso bom senso, mas a questão tribalismo leva vantagem sobre a razão.

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter