Connectez-vous

GRAND MAGAL DE TOUBA : 18 Safar, Edition 122, Samedi 16 novembre

Vendredi 18 Novembre 2016

(Impact) L’édition 2016 du grand Magal de Touba (centre, à 200 km de Dakar) sera célébrée ce samedi 19 novembre 2016. Cette année marque la 122e commémoration du départ en exil du fondateur de la confrérie Mouride, Cheikh Ahmadou Bamba, « serviteur du prophète » Muhammad (Psl). Des centaines de milliers de pèlerins, outre ceux du Sénégal, débarquent de plusieurs pays d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis.
 
Pour l’occasion, la capitale sénégalaise s’est vidée d’une bonne partie de sa population, à l’instar des autres localités du pays, tous convergeant vers l’épicentre du Mouridisme deux ou trois jours avant. Les artères, les marchés et autres lieux d’animation commerciale, si grouillants de monde et d’activités en temps ordinaire, vont devoir somnoler pour quelques jours, en attendant le retour des pèlerins.
 
La plupart des agents des administrations publiques et décentralisées, ainsi que ceux du secteur privé, les travailleurs du secteur informel ont pris la direction de Touba à travers divers moyens de transports, individuels et surtout collectifs. Dans les quartiers de la capitale, il est fréquent de voir des habitants affréter des bus pour effectuer le déplacement aller-retour à moindres frais, le nombre devenant alors un facteur de réduction ou de modération du prix.
 
La presse nationale n’est pas en reste car l’essentiel des émissions télés et radio, et les articles de la presse écrite et de la presse en ligne sont consacrés à des thématiques et sujets liés au Magal. L’historique et l’analyse de l’événement tiennent une bonne place dans les orientations éditoriales, mais les éléments factuels qui ont lieu concomitamment mobilisent également l’énergie des journalistes.
 
Sur place, les efforts des autorités religieuses de Touba pour mettre la presse dans les meilleures conditions possibles de travail sont patents depuis plusieurs années. Une maison de la presse y a été érigée avec beaucoup de commodités dont l’indispensable outil internet qui permet aux journalistes de travailler sans stress. A ce niveau, le concours des opérateurs téléphoniques dont Sonatel semble bien apprécié. A côté, tous les services de l’Etat sont mobilisés dans leurs domaines de compétences respectives : hydraulique, électricité, services de police et de gendarmerie, protection civile, en plus des entreprises privées souhaitant apporter leur « contribution » à l’événement.
 
Touba, c’est aussi un rendez-vous politique pour les gouvernants et pour ceux qui espèrent le devenir dans un avenir plus ou moins lointain. La quasi-totalité des partis politiques s’y déplace pour témoigner de leur attachement au khalife général des mourides, ainsi qu’à toutes les familles de la lignée de Serigne Touba. La cérémonie dite officielle est célébrée le lendemain du Magal proprement dit, soit le dimanche 20 novembre. La délégation gouvernementale est toujours conduite par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique qui, il faut le rappeler, est également le ministre en charge de la gestion du Culte.
 
Le président de la république, Macky Sall, était à Touba hier jeudi. Il a eu un tête-à-tête avec Serigne Cheikh Sidy Moctar Mbacké, Khalife général des mourides. D’autres leaders politiques l’y ont précédé : Ousmane Tanor Dieng et Khalifa Sall (Parti socialiste), Idrissa Seck (Rewmi), une délégation du Parti démocratique sénégalais (Pds) conduite par Me Madické Niang, etc.
 

 
Nombre de lectures : 409 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter