Connectez-vous

G5 Sahel : l'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement

Jeudi 6 Décembre 2018

Nouakchott - L'Union européenne et la France vont prendre en charge la plus grande partie du financement de projets de développement, axés sur la prévention du jihadisme, de l'organisation G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), ont-elles annoncé lors d'une réunion de bailleurs de fonds à Nouakchott.

"Je suis heureux d'annoncer que le soutien de l'Union européenne au Programme d'Investissements Prioritaires (PIP) s'élève à présent à 800 millions d'euros. Cela comprend l'annonce aujourd'hui de 122 millions d'euros d'argent frais", a déclaré depuis la capitale mauritanienne le commissaire européen pour la Coopération internationale et le Développement, Neven Mimica.

La France de son côté va ajouter 220 millions d'euros de financements nouveaux à 280 millions d'euros déjà engagés, a-t-on précisé de source diplomatique française.

De cette manière, "la France (...) investira 500 millions au profit des priorités" du G5 Sahel, a souligné le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

"La moitié de cette somme concerne des projets déjà en gestation et en cours (...) L'autre moité sera octroyée de manière accélérée dans les deux ans qui viennent pour vous permettre d'être au rendez-vous de vos priorités", a ajouté M. Le Drian.

Les cinq pays du Sahel comptaient sur cette réunion pour atteindre leur objectif de financement de ces projets, évalué à 1,9 milliard d'euros, dont ils prennent eux-mêmes en charge 13%.

Avec 1,3 milliard d'euros cumulés, la France et l'UE seront donc les principaux bailleurs des projets de développement présentés jeudi par les présidents du G5 Sahel à Nouakchott, où siège le secrétariat de cette organisation régionale.

Ces projets, au nombre de 40, concernent en particulier les régions frontalières où les jihadistes tirent parti des carences des Etats pour s'implanter. En construisant des écoles, des centres de soins ou en offrant un accès à l'eau, les gouvernements espèrent fidéliser des populations déshéritées susceptibles de céder sinon aux sirènes jihadistes. (AFP)


 
Nombre de lectures : 36 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter