Connectez-vous

Fusillade dans une école brésilienne, au moins dix morts dont six enfants

Mercredi 13 Mars 2019

SUZANO, Brésil (Reuters) - La fusillade qui s'est produite mercredi matin dans une école élémentaire d'une banlieue de Sao Paulo a fait au moins dix morts, dont six enfants et les deux tireurs présumés, a-t-on appris auprès de la police locale.

La tuerie serait l'oeuvre de deux jeunes gens qui sont entrés, le visage masqué, vers 09h30 heure locale dans l'école élémentaire Raul Brasil de Suzano, dans les faubourgs est de la mégapole.

Six écoliers et deux adultes qui travaillaient dans l'établissement ont été mortellement touchés, a précisé la police de Sao Paulo.

Les deux tireurs présumés, dont l'âge est estimé entre 20 et 25 ans par les enquêteurs, ont ensuite retourné leur arme contre eux et mis fin à leurs jours. Ils n'ont pas été identifiés et on ignore pourquoi ils sont passés à l'acte.

Avant d'entrer dans l'école, le duo a en outre tué un employé d'une station de lavage de voiture située à proximité.

La fusillade a fait également 17 blessés, pour la plupart des élèves. Certains d'entre eux sont dans un état grave.

Plus de 1.000 élèves âgés de onze à quinze ans sont inscrits à l'école Raul Brasil de Suzano.

Les fusillades dans des écoles sont des événements rares au Brésil, qui est pourtant l'un des pays les plus marqués par les violences impliquant des armes à feu.

La dernière tuerie d'ampleur dans une école brésilienne remontait à 2011, lorsque 12 enfants avaient été abattus par un ancien élève d'une école de Rio de Janeiro.

"En trente ans de carrière, je n'ai jamais vu quelque chose comme ça, c'est un crime d'une brutalité indicible", a déclaré Marcelo Salles, le commandant des forces de police de l'Etat de Sao Paulo, lors d'une conférence de presse organisée à l'extérieur de l'école.

Il a précisé que les tueurs étaient armés d'au moins un pistolet de calibre .38. Ils avaient également avec eux des bombes artisanales et une arbalète.

Les policiers sont intervenus huit minutes après le début de la fusillade. Les deux tueurs s'étaient déjà suicidés, a précisé le commandant Salles.

Nombre de lectures : 28 fois










Inscription à la newsletter