Connectez-vous

"En Méditerranée, on peut mourir une fois. En Libye, on meurt tous les jours"

Vendredi 26 Juin 2020

Accoudé sur le pont arrière de l'Ocean Viking, le navire humanitaire qui les a recueillis en Méditerranée, le groupe de Pakistanais voit s'éloigner la Libye. Et avec elle, la torture, les sévices, les enlèvements: "Pour eux, on n'est pas des êtres humains".
 
Ils étaient 31 Pakistanais sur les 51 migrants dont l'embarcation en bois a été secourue jeudi à la mi-journée au large de l'île italienne de Lampedusa, lors d'une opération du bateau-ambulance de SOS Méditerranée.
 
"Pour les Noirs, c'est à peu près comme nous, mais avec les Bangladais, les Pakistanais, ce sont ceux qui souffrent le plus" en Libye, juge Imran, 30 ans, qui vient d'y passer un an.
 
"Tous les Pakistanais ici (sur le bateau) ont été captifs pendant leur passage en Libye, on s'est tous fait enlever, on était venus pour travailler, mais on a trouvé la guerre, la torture, les extorsions. Pour eux, on n'est pas des êtres humains." (AFP)
Nombre de lectures : 101 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter