Connectez-vous

Élections 2022 au Kenya : comment un meurtre hante le scrutin

Lundi 8 Août 2022

Les deux principaux candidats, Odinga (en bleu) et Ruto (jaune)
Les deux principaux candidats, Odinga (en bleu) et Ruto (jaune)
Un scrutin raté et le meurtre macabre d'un haut fonctionnaire en charge de la technologie de vote en 2017 hantent toujours le Kenya, avant les élections de la semaine prochaine. Le président de la commission électorale indépendante a cherché à plusieurs reprises à rassurer un public sceptique sur la capacité de son équipe à organiser un vote crédible, mais il a également mis en garde contre une campagne coordonnée, notamment sur les médias sociaux, visant à diffamer et à intimider ses employés.
 
"Je veux juste exhorter les personnes qui sont derrière cette campagne à arrêter ce qu'elles font", indique Wafula Chebukati aux journalistes. Il a des raisons valables d'être inquiet : il y a cinq ans, Chris Msando, alors responsable de la technologie, a été enlevé et brutalement assassiné, ainsi que son amie Carol Ngumbu, âgée de 21 ans. Leurs corps ont été retrouvés dans des buissons à la périphérie de la capitale, Nairobi, et personne n'a été arrêté ou inculpé pour ces meurtres qui restent entourés de mystère.
 
L’utilisation croissante de la technologie dans les trois scrutins depuis 2007 n'a pas apporté de crédibilité - et en 2017, elle a conduit la Cour suprême à annuler le vote et à ordonner une nouvelle élection. "Malgré les échecs de 2013, davantage de technologie a été achetée en 2017.
 
Le coût de l'élection a bondi de 10 $ [8 £] par électeur inscrit lors de la première élection à 25 $ lors de la répétition, ce qui a valu au Kenya l'honneur douteux d'organiser les élections les plus chères d'Afrique ", confie à la BBC Nanjira Sambuli, analyste en technologie et gouvernance. "La technologie n'est pas la démocratie", explique Mme Sambuli. (BBC)
Nombre de lectures : 93 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter