Connectez-vous

ETHIOPIE: la modernisation de l'économie enlisée dans les crises

Mercredi 16 Juin 2021

ETHIOPIE: la modernisation de l'économie enlisée dans les crises
Abiy Ahmed avait promis à son arrivée au pouvoir en 2018 de moderniser la très dirigiste économie éthiopienne, minée par le chômage et la pauvreté malgré la croissance. Trois ans plus tard, alors que le pays s'apprête à voter le 21 juin pour des législatives, la volonté réformatrice du Premier ministre bute sur de multiples urgences, dont le conflit dans la région du Tigré, tandis que s'aggravent les crises de la dette et du change.
 
"C'est pire aujourd'hui (...) Le pays est exsangue, à deux doigts de faire défaut" sur sa dette extérieure, lâche sous couvert d'anonymat un diplomate européen qui loue pourtant le programme de réformes du gouvernement. L'accroissement de la dette extérieure (environ 30 milliards de dollars, empruntés notamment à la Chine) a permis de financer, avant l'arrivée de M. Abiy, des infrastructures majeures, comme le train Addis Abeba-Djibouti.
 
Mais son remboursement - environ deux milliards de dollars dus en 2021 - est un défi immense pour l'Ethiopie qui tente de restructurer cette dette, jusqu'ici sans succès. Preuve de l'inquiétude, l'agence de notation Moody's a dégradé la note souveraine éthiopienne en mai, la jugeant à "très haut risque". Fitch Ratings l'avait déjà abaissée en février. "Nous ne sommes pas capables de payer", résume Alemayehu Geda, professeur d'économie à l'université d'Addis Abeba. (AFP)
 
Nombre de lectures : 63 fois












Inscription à la newsletter