Connectez-vous

Colin Powell : cet homme restera un criminel de l’histoire, en dépit des hommages

Mardi 19 Octobre 2021

Colin Powell, chef de la diplomatie US, lors de sa fameuse "démonstration" à l'ONU sur les "armees de destruction massives" de l'Irak.
Colin Powell, chef de la diplomatie US, lors de sa fameuse "démonstration" à l'ONU sur les "armees de destruction massives" de l'Irak.
Rendre hommage à Colin Powell en fermant les yeux sur ses responsabilités criminelles en Irak (et ailleurs) est l'expression d'une appartenance à une coterie d'intérêts politiciens où la vie de plusieurs milliers d'Irakiens ne pèse pas un centigramme.
 
Du haut de la tribune de l’Organisation des Nations Unies (ONU), ce monsieur a froidement menti et assumé son mensonge devant la planète entière. Contre toutes les évidences qui lui étaient opposées, il a défendu bec et ongles la thèse (fausse) de la possession par l’Irak de Saddam Hussein d’une quantité dangereuse d’armes de destruction massives considérées comme une menace pour la sécurité du monde.
 
Il a fermé les yeux sur l’antithèse (vraie) d’un canular fondamental de l’Administration Bush en bloquant toutes les missions de bonne volonté dont celle portée à l’époque par la France de Jacques Chirac. Le discours à l’Onu Dominique de Villepin, alors chef de la diplomatie française, restera à cet égard un moment essentiel de l’histoire des Nations Unies. Ses propos pulvérisèrent les certitudes fabriquées d’un Colin Powell obnubilé par l’exécution inconditionnelle et pressante des desseins géostratégiques que ses commanditaires néoconservateurs qui avaient pris en otage la Maison Blanche et les Etats-Unis avaient pour le monde, notamment dans la zone névralgique du Moyen-Orient.
 
Quels prix et poids pouvait avoir son repenti après que son manque de courage, sa faiblesse et ses ambitions de pouvoir ont ouvert la voie à une criminalité de masse dont lui et ses acolytes se sont rendu coupables ? En Afrique, de petits chefs de gangs présumés criminels de guerre, plus malfrats cupides de ressources minières que visionnaires politiques, attendent leur jugement dans les couloirs de la prison de Scheveningen à la Haye. Devant la Cour pénale internationale (CPI), la plupart sont certains de s’en sortir avec la perpétuité ou plusieurs dizaines d’années de bagne. En quoi seraient-ils plus coupables et criminels que Colin Powell, par exemple ? Il est vrai qu’en Afrique et qu’en Asie, la mort provoquée de milliers de personnes n’est jamais plus qu’une information brève, consommable à chaud et vite oubliée, en attendant les prochains cadavres.
 
Ceux qui disent avoir travaillé avec Powell et qui lui rendent si bruyamment hommage, chez nous et ailleurs, ne peuvent avoir été que des objets d'influence au service de puissances étrangères auxquelles ils ont prêté allégeance d’une manière ou d’une autre, à un moment où à un autre de leur carrière/vie. Pour certains d’entre ceux-ci, en particulier au Sénégal, l’histoire récente a montré qu’ils ne valaient pas forcément un dollar.  
 
 
Nombre de lectures : 273 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter