Connectez-vous

Burkina Faso: la CNDH dénonce la situation des droits de l'homme dans le pays

Vendredi 21 Juin 2024

Le capitaine Ibrahim Traoré, président du Burkina Faso
Le capitaine Ibrahim Traoré, président du Burkina Faso

Dans un Burkina Faso où règne le silence et la terreur, c'est une des rares instances burkinabè qui a encore voix au chapitre. La Commission nationale des droits humains (CNDH), est une autorité publique indépendante. Une institution nationale de promotion, de protection et de défense des droits qui a publié, mardi 18 juin, une déclaration soulignant certaines difficultés constatées dans le pays. 

 

Exprimant tout d'abord sa solidarité et sa compassion pour les soldats et les Volontaires pour la défense de la patrie qui meurent dans la lutte antiterroriste, la CNDH s'appesantit sur un point qui a été de nouveau affirmé lors de la nouvelle charte de la transition adoptée aux assises nationales du 25 mai, en l'occurrence, « consolider l'État de droit » au Burkina Faso. 

 

Or, sur ce point, la commission nationale se montre inquiète et constate une montée via les réseaux sociaux et lors de manifestations publiques d'un discours qualifié de haineux chez beaucoup de Burkinabè. En outre, la CNDH se montre particulièrement préoccupée par les arrestations et enlèvements de citoyens par des individus non identifiés et en dehors de toutes procédures adéquates. Dans ce même document, il est également évoqué et déploré les non-exécutions de décisions de justices. 

 

Autre aspect abordé, l'accroissement de la dette intérieure du pays qui entraîne un ralentissement de l'activité économique, sans oublier la remise en cause des droits acquis de certains travailleurs, regrette la CNDH. Aussi la Commission invite le gouvernement à résoudre l'ensemble des travers évoqués et demande au président de transition du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, d'assurer son rôle de garant de l'indépendance de la Justice. [RFI]

 
Nombre de lectures : 178 fois











Inscription à la newsletter