Connectez-vous

Argentine : Mort à 95 ans de la vice-présidente des Mères de la Place de mai

Jeudi 22 Avril 2021

Sa fille, qui avait été enlevée en 1978, n’a jamais été retrouvée. Près de 30’000 personnes ont ainsi disparu pendant la dictature.
 
Mercedes «Porota» Colás de Meroño, vice-présidente des Mères de la Place de mai, est décédée mercredi à l’âge de 95 ans à Buenos Aires, a annoncé cette organisation qui dénonce depuis des décennies les disparitions d’opposants pendant la dictature militaire en Argentine.
 
«Elle s’est éteinte tout doucement. Tous les jours, elle mourrait un peu», depuis qu’elle s’était fracturé la hanche il y a quelques mois, a écrit la présidente de l’association, Hebe de Bonafini, dans une lettre ouverte intitulée, «Porota a changé de maison».
 
Sa fille unique, Alicia Meroño, avait été enlevée à son domicile à Buenos Aires le 5 janvier 1978 par des agents de la dictature militaire (1976-1983). Elle avait 31 ans et n’a jamais été retrouvée.
 
30’000 disparus
 
«Elle était une des mères qui ont subi deux fois la torture et l’horreur», a ajouté Hebe de Bonafini, elle-même âgée de 92 ans, sa compagne de lutte depuis des années.
 
Elle est née en Argentine en 1925 avant d’émigrer en Espagne en 1931 où son père, militant anti-franquiste pendant la guerre civile espagnole, est fusillé alors qu’elle est âgée de 11 ans. Elle rentre alors en Argentine avec sa mère et son frère avant de se marier et d’avoir une fille, Alicia.
 
En 1978, elle rejoint les Mères de la Place de mai, association de mères de disparus à peine créée pour réclamer justice et vérité auprès des militaires. Elles prennent l’habitude de se rassembler Place de mai, face au palais présidentiel à Buenos Aires, tournant inlassablement autour de la place, foulard blanc sur la tête.
Quelque 30’000 personnes ont disparu pendant la dictature en Argentine. (AFP)
 
Nombre de lectures : 77 fois













Inscription à la newsletter