Connectez-vous

Amath Dansokho, les adieux de la nation à un résistant

Lundi 26 Août 2019

En l’absence du Président de la République qui assiste au sommet du G7 à Biarritz en France, c’est Moustapha Niasse qui a présidé la cérémonie de levée du corps d’Amath Dansokho, ministre d’Etat et ancien secrétaire général du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) décédé vendredi à Dakar après une longue maladie qui lui a pratiquement imposé une retraite politique anticipée. Pour le président de l’Assemblée nationale, « c’est le Sénégal qui perd, c’est l’Afrique qui perd, c’est l’humanité qui perd » avec la disparition du fondateur du Pit Sénégal.
 
Devant une foule nombreuse de toutes catégories sociales venue rendre hommage à « Big Dans »), Moustapha Niasse a décrit « un homme loyal, compétent, visionnaire », mais aussi « militant » qui a servi le pays du mieux qu’il pouvait et pensait le faire. « Je peux vous dire que c’est lui qui nous a inspiré dans notre engagement politique », a ajouté Niasse dont les relations fraternelles avec l’illustre disparu étaient bien connues. « Il n’a jamais reculé devant le danger ». C’est pourquoi « Amath restera avec nous, dans nos pensées, dans nos mouvements. Il avait des qualités rares. Et c’est pourquoi c’était bien d’être son ami. »
 
Sur place, il y avait la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Aminata Touré, plusieurs membres du gouvernement, des organisations syndicales et beaucoup d’autres personnalités de l’Etat, des citoyens anonymes, etc.
Amath Dansokho a été élevé, à titre posthume, au rang de Commandeur de l’Ordre national du Lion.
Nombre de lectures : 123 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter