Connectez-vous

Accor réintègre le CAC 40 au détriment d'Alstom, poussé vers la sortie

Vendredi 8 Mars 2024

Le géant de l'hôtellerie Accor signe son retour dans le CAC 40, indice vedette de la Bourse de Paris, plus de trois ans et demi après son retrait pendant la pandémie, tandis qu'Alstom, constructeur ferroviaire, est poussé vers la sortie, a annoncé Euronext jeudi.

 

"Nous sommes fiers de voir Accor réintégrer le CAC 40, un succès majeur qui témoigne du travail acharné et de l'engagement sans faille de nos équipes", a déclaré Sébastien Bazin, PDG du groupe hôtelier, dans un communiqué.

 

Valeur historique du CAC 40, présente lors de la création de l'indice, Accor en a été retiré en juin 2020, alors que le groupe subissait les conséquences brutales de la pandémie de Covid-19 sur le secteur du tourisme et de l'hôtellerie.

 

Cette sortie avait permis à Alstom de revenir au sein de l'indice vedette de la Bourse de Paris.

 

"Accor est une entreprise française emblématique, son retour dans le CAC 40 permet de fermer la parenthèse du Covid, et cela envoie un signal intéressant", a commenté Lionel Melka, associé chez Swann Capital.

 

"La scission d'Accor en 2010, qui a donné naissance à Edenred, avait tiré Accor en bas du classement de l'indice et le groupe n'a pas pu résister" au choc économique de l'époque, explique-t-il.

 

Depuis le 18 mars 2020, au lendemain du début du confinement, la capitalisation boursière d'Accor a augmenté d'environ 67%, jusqu'à près de 10 milliards d'euros, mais elle a encore du chemin à parcourir par rapport à son pic de 2007. A cette époque, sa capitalisation boursière dépassait 16 milliards d'euros.

 

- Alstom, une perte de confiance -

 

A l'inverse, le "parcours boursier d'Alstom est plus chaotique", a noté Lionel Melka.

 

Car "Alstom est une société emblématique, un nom qui parle aux gens, mais qui n'a pas su créer une relation de confiance avec les investisseurs à cause de ses problèmes financiers", a-t-il dit.

 

Depuis le rachat à 5,5 milliards d'euros du Canadien Bombardier Transport annoncé en janvier 2021, "qui a fait peser une lourde dette sur les épaules d'Alstom", a souligné Lionel Melka, la capitalisation boursière de l'industriel a fondu de plus de 65%, passant de 13,2 milliards d'euros à environ 4,5 milliards actuellement.

 

Le dernier fait marquant en date pour Alstom en Bourse remonte à octobre 2023, lorsque le groupe a vu s'évaporer plus de 3 milliards d'euros de capitalisation boursière en l'espace d'une séance, avec la chute vertigineuse de plus de 37% du prix de son action.

 

Le constructeur ferroviaire avait annoncé que son flux de trésorerie disponible ("cash flow libre") serait largement négatif sur son exercice annuel décalé 2023/2024, de l'ordre de -500 à -750 millions d'euros. Cette prévision tranchait avec son précédent engagement auprès des investisseurs quand il annonçait que cet indicateur évoluerait en territoire "significativement positif".

 

"Alstom a déçu à plusieurs reprises sur sa capacité à générer de la trésorerie et tant que cet élément n'est pas résolu et que le groupe ne rassurera pas les investisseurs, le momentum boursier ne s'améliorera pas", a jugé Charles de Riedmatten, gérant de Myria AM.

 

La composition du CAC 40, révisée tous les trimestres par le Conseil scientifique des indices d'Euronext, prend en compte deux critères majeurs: la taille du capital flottant (capital négociable en Bourse) et le nombre d'échanges enregistrés sur les titres.

 

Les modifications de la composition de cet indice prendront effet le lundi 18 mars, a précisé l'opérateur boursier paneuropéen, qui chapeaute les Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne, Dublin et Oslo.

 

L'indice élargi SBF 120 voit le cimentier Vicat faire son entrée, tout comme le pétrolier Maurel & Prom, tandis que Clariane, Fnac Darty et Voltalia en sortent. [AFP]

 
Nombre de lectures : 327 fois











Inscription à la newsletter