Connectez-vous

Sergueï Lavrov dénonce la politique de deux poids deux mesures des Etats-Unis sur le Golan et le Donbass

Dimanche 24 Septembre 2023

Sergueï Lavrov dénonce la politique de deux poids deux mesures des Etats-Unis sur le Golan et le Donbass

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé samedi la politique de deux poids deux mesures des Etats-Unis concernant le plateau du Golan et la région du Donbass en Ukraine.

 

Interrogé lors d'une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York sur les remarques apparemment contradictoires de l'ambassadrice des Etats-Unis aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, sur la nécessité de respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les Etats membres de l'ONU et sur la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan occupé, M. Lavrov a d'abord lu une déclaration russe sur le Donbass : 

 

"Le Donbass est très important pour la sécurité de la Russie. Tant que (Volodymyr) Zelensky est au pouvoir en Ukraine, tant que l'OTAN est présente en Ukraine, les milices soutenues par l'OTAN, le régime de M. Zelensky lui-même - tous ces éléments constituent une menace significative pour la sécurité de la Russie et, d'un point de vue pratique, le contrôle du Donbass dans cette situation, je pense, reste d'une réelle importance pour la sécurité de la Russie. Les questions juridiques, c'est autre chose. Et avec le temps, si la situation devait changer en Ukraine, c'est quelque chose que nous envisagerions. Mais nous n'en sommes pas encore là".

 

Il a ensuite lu le texte d'un entretien entre le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et Wolf Blitzer de la chaîne d'information américaine CNN le 8 février 2021 : 

 

"D'un point de vue pratique, le Golan est très important pour la sécurité d'Israël. Tant que (Bachar El) Assad est au pouvoir en Syrie, tant que l'Iran est présent en Syrie, les milices soutenues par l'Iran, le régime d'Assad lui-même - tous ces éléments constituent une menace significative pour la sécurité d'Israël, et d'un point de vue pratique, le contrôle du Golan dans cette situation, je pense, reste d'une réelle importance pour la sécurité d'Israël. Les questions juridiques, c'est autre chose".

 

"Voilà la réponse à votre question", a affirmé M. Lavrov.

 

Lors d'une conférence de presse tenue le 14 septembre sur les priorités de son pays lors de la semaine de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), Mme Thomas-Greenfield a dit : "Au cours de l'AGNU de cette année, nous nous efforcerons de faire respecter les principes inscrits dans la Charte des Nations Unies, notamment le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de tous les Etats membres".

 

Lors de la même séance d'information, interrogée sur le plateau du Golan, elle a assuré que la reconnaissance par son pays de la souveraineté d'Israël sur le territoire n'avait pas changé.

 

En mars 2019, le président américain de l'époque, Donald Trump, a signé une proclamation reconnaissant la souveraineté d'Israël sur ce territoire qu'Israël a pris à la Syrie en 1967 et annexé en 1981.

 

Immédiatement après l'annexion par Israël du territoire occupé en 1981, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 497, selon laquelle la décision israélienne d'imposer ses lois, sa juridiction et son administration dans le Golan syrien occupé "est nulle et non avenue et sans effet juridique international". [Xinhua]

 
Nombre de lectures : 152 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter