Connectez-vous

Présidentielle annulée au Sénégal : La Mission d’observation électorale de l’UE accuse le gouvernement et plie bagages

Lundi 12 Février 2024

Les membres de la MOE avec au premier rang Malin Björk, cheffe de la mission 2024
Les membres de la MOE avec au premier rang Malin Björk, cheffe de la mission 2024

Dépitée, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) a décidé de quitter le Sénégal après l’interruption du processus qui devait mener à l’élection présidentielle du 25 février 2024. Dans une déclaration parvenue à IMPACT.SN ce matin du 12 février, la MOE UE « s’inquiète que les décisions des autorités de reporter le scrutin présidentiel puissent constituer une rupture avec la longue tradition de démocratie au Sénégal. » 

 

Sous cet angle, la MOE juge indispensable que l’Etat et le gouvernement du Sénégal aux citoyens sénégalais « le libre exercice de leur droit de vote. » Or, ce droit ne peut s’exercer que dans l’organisation et la tenue des élections « dans le respect des libertés fondamentales de l’Etat de droit, de la Constitution et des normes internationale souscrites par le Sénégal. » 

 
"Respect de l'Etat de droit et de la Constitution"
 

L’annulation de l’élection a été votée le 5 février dernier par une alliance entre le bloc des députés de la mouvance présidentielle et ceux du Parti démocratique sénégalais (PDS) deux jours après un discours du chef de l’Etat Macky Sall abrogeant le décret qui convoquait les électeurs sénégalais a la présidentielle du 25 février 2024.  

 

Depuis le 2 février, la Mission d’observation électorale de l’UE avait débuté le déploiement de 32 observatrices et observateurs dits de longue durée en plusieurs endroits du territoire national. Le but était de prendre connaissance, entre autres, de l’état des préparatifs de l’élection jusque dans les zones les plus reculés.

« Cependant, au vu de l’incertitude du calendrier électoral, la MOE UE a entrepris le retour des observateurs de longue durée. » Elle ne laisse à Dakar que « des experts de l’équipe cadre » chargés de « suivre attentivement l’évolution du processus. »  

 

Selon l’assemblée nationale, la date de la prochaine élection présidentielle aura lieu le 15 décembre 2024 suite au vote d’une proposition de loi constitutionnelle. Celle-ci a également prorogé le mandat du président Macky Sall de neuf mois supplémentaires. Une décision qui a déclenché une vague de répression contre les organisations politiques et citoyennes favorables au maintien du scrutin á sa date originelle. Trois personnes ont été tuées et plusieurs centaines d’autres ont été blessées et arrêtées.

 

Dans sa note de ce jour, la MOE UE « regrette les violences qui ont touché des citoyens et des journalistes lors des récentes manifestations. » Une situation inacceptable au regard de « l’importance du respect de la liberté de presse » dans l’exercice leurs droits et fonctions. 

 

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne avait été lancée le 31 janvier 2024 au cours d’une conférence de presse tenue à Dakar. Elle devait être dirigée par la Suédoise Malin Björk, députée européenne de gauche. 

Nombre de lectures : 598 fois











Inscription à la newsletter