Connectez-vous

Nucléaire iranien : l'UE se conformera à cet accord "extrêmement important"

Lundi 16 Janvier 2017

Bruxelles - L'Union européenne se conformera à l'accord sur le nucléaire iranien, qu'elle considère comme "extrêmement important" en particulier pour la sécurité du continent, a affirmé lundi à Bruxelles Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'UE.

"L'Union européenne va continuer à oeuvrer pour le respect et l'application de cet accord extrêmement important, principalement pour notre sécurité", a déclaré Mme Mogherini à son arrivée à une réunion des chefs de la diplomatie des 28 pays de l'UE.

Cet accord, signé en juillet 2015 par Téhéran et six grands pays (Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France et Royaume-Uni) est fragilisé par les critiques du président américain élu Donald Trump.

Dans un entretien lundi à deux quotidiens, l'allemand Bild et le britannique Times, le président élu des Etats-Unis y voit "un des pires accords jamais conclus, (...) un des plus stupides", tout en refusant de dire s'il va ou non le remettre en question.

Donald Trump a nommé à des postes clés de son administration des personnalités ouvertement anti-iraniennes, à commencer par le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, qui veut une "révision complète" de l'accord.

Mais pour Mme Mogherini, celui-ci vise à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions économiques visant Téhéran, "a fait ses preuves" et "prouve que la diplomatie marche".

Elle a salué une reprise "vraiment significative" du commerce et des relations économiques entre l'UE et l'Iran.

Cet accord est "difficile et controversé", mais en empêchant les Iraniens d'acquérir de la technologie nucléaire, il a un "grand mérite et nous voulons le continuer", a de son côté assuré lundi le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, avant la réunion.

Le 16 janvier 2016, une grande partie des sanctions internationales frappant l'Iran étaient levées en échange de la limitation de son programme nucléaire, comme l'avait prévu l'accord signé six mois plus tôt.

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a confirmé lundi que Téhéran avait bien transféré "toutes les centrifugeuses et équipements excédentaires de son site d'enrichissement de Fordo" au site de Natanz, pour "stockage".

Cet élément crucial de l'accord - les centrifugeuses permettant d'enrichir de l'uranium à des fins civiles mais aussi potentiellement militaires - devait être appliqué un an au plus tard après son entrée en vigueur.

Ce premier anniversaire, lundi, coïncide presque avec l'investiture du nouveau président républicain Donald Trump, le 20 janvier.

Selon le ministère iranien du Pétrole, en neuf mois, l'Iran a plus que doublé ses exportations pétrolières et gazières, à 2,5 millions de barils par jour, qui ont rapporté 29 milliards de dollars.
 
 
Nombre de lectures : 79 fois












Inscription à la newsletter