Connectez-vous

Le changement climatique «d'origine humaine» derrière la vague de chaleur meurtrière au Sahel

Vendredi 19 Avril 2024

Du 1er au 5 avril, le Mali et le Burkina Faso ont connu une vague de chaleur exceptionnelle, autant par sa durée que par son intensité, avec des températures supérieures à 45°C à l'origine de nombreux décès dans ces pays. D'après une étude publiée ce jeudi 18 avril par le réseau World Weather Attribution (WWA), cette vague de chaleur est liée au changement climatique « d'origine humaine ». 

 

Les observations des scientifiques et les comparaisons des modèles de températures « montrent que les vagues de chaleur de la magnitude observée en mars et avril 2024 dans la région auraient été impossibles » sans un réchauffement global de 1,2 °C, « d'origine humaine », estiment les scientifiques du réseau World Weather Attribution (WWA). 

 

Le rapport publié ce jeudi 18 avril précise qu'un épisode comme celui qui a touché le Sahel pendant cinq jours en avril ne survient en principe qu'« une fois tous les 200 ans »...

 

La durée et la gravité de cette vague de chaleur avec des températures supérieures à 45°C a provoqué une augmentation des décès et hospitalisations enregistrés dans ces pays, selon WWA, et ce même si les populations maliennes et burkinabè « sont acclimatées à des températures élevées ». 

 

S'il est « impossible » de dénombrer précisément les victimes en raison du manque de données disponibles dans les pays concernés, « il est probable qu'il y ait eu des centaines, voire des milliers d'autres décès liés à la chaleur », indique WWA. [RFI]

 
Nombre de lectures : 351 fois










Les derniers articles

Inscription à la newsletter