Connectez-vous

Le PM espagnol prône l'unité de l'OTAN sur Gaza, à l'instar de son unité sur l'Ukraine

Jeudi 11 Juillet 2024

Pedro Sanchez et Volodymyr Zelensky
Pedro Sanchez et Volodymyr Zelensky

Lors du Sommet de l'OTAN, le Premier ministre espagnol a exhorté les partenaires de l'Alliance à faire preuve de la même « unité et de la même cohérence » concernant la Bande de Gaza que celles dont ils ont fait preuve à propos de l'Ukraine.

 

« Nous ne pouvons pas être accusés d'appliquer une politique de deux poids, deux mesures qui affaiblirait notre soutien à l'Ukraine. Au contraire, nous exigeons la même unité et la même cohérence vis-à-vis de Gaza que celles dont nous faisons preuve en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie », a déclaré Pedro Sanchez aux chefs d'État et de gouvernement des autres pays de l'OTAN, lors d'une session du Conseil atlantique qui s'est tenue à Washington, selon la presse espagnole.

 

« Il est important que nos citoyens comprennent que nous avons une position politique cohérente et qu'il n'y a pas de politique de deux poids, deux mesures », a-t-il souligné.

 

Et d'ajouter : « Si nous disons à nos concitoyens que nous soutenons l'Ukraine parce que nous défendons le droit international, nous devons faire de même pour Gaza. Si nous exigeons le respect du droit international en Ukraine, nous devons l'exiger également à Gaza ».

 

Sanchez participe au sommet du 75e anniversaire de l'OTAN, qui doit s'achever jeudi.

 

Alors qu'Israël est accusé devant les tribunaux internationaux, ainsi que par de nombreux pays et organismes de surveillance internationaux, de commettre des crimes de guerre à Gaza, les pays occidentaux sont accusés d'hypocrisie car ils continuent de soutenir l'offensive d'Israël tout en condamnant les atrocités présumées de la Russie en Ukraine.

 

L'offensive israélienne, qui dure depuis neuf mois, a coûté la vie à plus de 38 000 personnes et en a blessé au moins 88 000 autres, tandis que le blocus strict imposé aux livraisons de denrées alimentaires, d'eau et d'aide a entraîné des conditions de famine dans toute la Bande de Gaza, selon les Nations unies et d'autres observateurs internationaux.

 

Israël a également attaqué des écoles, des hôpitaux et des lieux de culte, autant d'installations civiles qui sont protégées par les lois de la guerre. [AA]

 
Nombre de lectures : 167 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter