Connectez-vous

La France face à une nouvelle journée test pour les retraites, les transports perturbés

Mardi 10 Décembre 2019

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Les transports étaient à nouveau perturbés mardi en France, particulièrement dans la région parisienne, aux premières heures d'une nouvelle journée de mobilisation des syndicats hostiles à la réforme des retraites, un projet cher à Emmanuel Macron auquel le gouvernement ne veut surtout pas renoncer.
 
La CGT, FO, Solidaires et les autres organisations à l'origine de ce mouvement de grèves et de manifestations espèrent une nouvelle démonstration de force à la veille des annonces du Premier ministre, Edouard Philippe, qui doit dévoiler mercredi les derniers arbitrages de l'exécutif.
 
Peu après 08h00 (07h00 GMT), la longueur totale des embouteillages sur les routes franciliennes a momentanément dépassé les 400 kilomètres, selon les calculs en temps réel de la direction régionale de l'équipement.
 
Les transports en commun ont également subi de fortes perturbations, comme chaque jour depuis le début de la mobilisation, le 5 décembre.
 
Sept dépôts de bus ont été bloqués en début de matinée par des "individus", a fait savoir la RATP, et l'activité a été ralentie par des barrages filtrants sur d'autres sites de la régie des transports parisiens.
 
"Cette situation est connue de nos services et en cours de résolution", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, interrogé par BFM TV. Les dépôts sont "en cours de déblocage par la préfecture de police", a assuré le secrétaire d'Etat, placé de facto en première ligne.
 
Les quais du métro parisien et du RER ont été le théâtre de scènes de cohue. Sur les lignes A et B du RER, parmi les plus empruntées au monde en temps normal, les trains ne circulent qu'aux heures de pointe et seulement à une fréquence réduite.
 
La SNCF a pour sa part conseillé aux voyageurs d'annuler ou de reporter leurs déplacements.
Dans l'Education nationale, le taux de grévistes devrait être de 12,5% dans le primaire au plan national et "sans doute un peu plus dans le second degré", selon les prévisions données à l'antenne de France Inter par le ministre Jean-Michel Blanquer.
 
Au-delà du nombre de grévistes et des désagréments pour les usagers des transports, l'affluence dans les manifestations, notamment celle qui se déroulera à Paris entre les places Vauban, qui jouxte les Invalides, et Denfert-Rochereau, servira de jauge du niveau de mobilisation.
 
"Ce sera massif", selon Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière, qui s'est exprimé sur Sud Radio.
 
Jeudi dernier, à l'occasion de la première journée de mobilisation, les cortèges avaient rassemblé 806.000 personnes dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur, de 1,4 à 1,5 million, selon la CGT. (Reuters)
 
 
Nombre de lectures : 91 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter