Connectez-vous

Kenya : les habitants de l'est du pays subissent les conséquences d'inondations dévastatrices

Dimanche 3 Décembre 2023

A Mororo, une localité en bordure des comtés de Garissa et de Tana River dans l'est du Kenya, les habitants subissent les conséquences des graves inondations causées par les récentes pluies abondantes.

 

Portant des sacs remplis de leurs affaires, ils se frayent un chemin à travers des eaux jaunes et troubles, atteignant jusqu'à la cuisse des hommes adultes dans certaines zones, en direction de la ville voisine de Madogo. La route reliant Garissa à Madogo, commune proche de Mororo, a été détruite dimanche dernier et reste impraticable.

 

Du côté de Magodo, des travailleurs portant des gilets de sécurité jaunes tentent de maintenir l'ordre, tandis que les piétons, le bétail et les motos naviguent avec difficulté sur la route étroite et chaotique.

 

Les pluies persistantes, attribuées au phénomène El Nino, ont provoqué de graves inondations dans la Corne de l'Afrique, y compris au Kenya, après la pire sécheresse de ces 40 dernières années. Selon le gouvernement kényan, le bilan des inondations s'élevait à 142 décès vendredi, avec plus de 460.000 personnes déplacées et 37 comtés affectés.

 

James Bundi, un agriculteur local, montre son champ submergé à proximité, où il avait planté des piments, des tomates et des oignons en juillet. Les cultures sont maintenant complètement englouties et les enfants pataugent dans l'eau boueuse jusqu'à la taille pour pêcher.

 

"Je ne peux rien faire maintenant, à part attendre que les eaux se retirent", déclare M. Bundi.

 

La rivière Tana, qui s'étend sur près de 1.000 kilomètres, a débordé, submergeant les terres environnantes. Le ministère de l'Intérieur a révélé jeudi que 6.500 hectares de terres agricoles le long de la rivière dans le comté de Garissa ont été inondés.

 

Dans la partie nord de Madogo, un camp abrite 250 personnes de quelque 100 foyers. Ils résident dans des tentes de fortune faites de bâches en plastique et de branches d'arbres. Ces abris temporaires abritent des habitants du village voisin d'Adele-Madogo, contraints de se déplacer ici il y a trois semaines en raison des inondations submergeant leurs maisons et champs.

 

Selon le chef du village, Babota Yakub Dukale, le camp manque d'électricité, de fournitures essentielles telles que la nourriture, l'eau potable, les médicaments et même le combustible de cuisson.

 

"Nous ne pouvons nous permettre qu'un seul repas par jour et par famille, et ce n'est que du riz. La nourriture est très chère depuis les inondations, un chou coûte maintenant 600 shillings (environ 3,9 dollars américains)", explique Athmani Mwaura Manyara, âgé de 60 ans, père de huit enfants.

 

M. Manyara souligne que la situation en matière d'hygiène dans le camp est également désastreuse. "C'est un terrain privé, nous n'avons pas le droit de construire des toilettes. Nous devons emprunter à proximité ou trouver nos propres solutions", précise-t-il.

 

Le mois de décembre est généralement chaud dans la région, avec une température moyenne d'environ 30 degrés Celsius. La combinaison de la pluie et des températures élevées peut accélérer la propagation des maladies, en particulier dans ces conditions de vie précaires. Les habitants signalent déjà la présence de "plusieurs installations légales ou illégales" près de Madogo.

 

M. Manyara exprime son incertitude quant au retour dans son village, compte tenu de la persistance de la saison des pluies au Kenya jusqu'au début février de l'année prochaine.

 

"La dernière fois que nous avons déménagé dans un camp comme celui-ci, c'était il y a quatre ans, mais cette inondation est plus prononcée", déclare-t-il en montrant des photos sur son téléphone prises il y a trois jours, avec les trois quarts du camp submergé, l'eau atteignant ses tibias.

 

Au-delà du Kenya, la Somalie et l'Ethiopie sont également aux prises avec des inondations provoquées par de fortes pluies.

Selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l'ONU publié vendredi, plus d'un million de personnes ont été affectées par les inondations dans la région Somali d'Ethiopie, la plus touchée par les inondations. [Xinhua]

Nombre de lectures : 162 fois











Inscription à la newsletter