Connectez-vous

Julian Assange interrogé à l'ambassade d'Equateur à Londres

Lundi 14 Novembre 2016

Julian Assange interrogé à l'ambassade d'Equateur à Londres
Julian Assange a été interrogé pendant quatre heures lundi à l'ambassade d'Equateur à Londres par la procureure générale de Suède Ingrid Isgren. Elle est chargée d'une enquête pour un viol que le fondateur de WikiLeaks aurait commis en 2010.

La représentante du parquet suédois a posé ses questions au militant australien, âgé de 45 ans, par l'intermédiaire d'un procureur équatorien.
Le résultat de cet interrogatoire sera transmis à la Suède, qui décidera ou non de poursuivre son enquête.

Les autorités suédoises souhaitaient interroger Julian Assange sur les accusations d'une jeune femme, qui dit avoir subi en 2010 une relation sexuelle non protégée avec lui alors qu'elle était endormie. M. Assange nie les faits.

La loi suédoise, modifiée en 2005, qualifie de viol tout rapport sexuel conduit avec une personne inconsciente.

Retraite forcée
Une cour d'appel suédoise a décidé en septembre de prolonger le mandat d'arrêt lancé contre M. Assange, qui vit à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis plus de quatre années. Cette retraite forcée est le moyen d'éviter une extradition vers la Suède.
M. Assange avait demandé l'annulation de ce mandat après qu'une commission de l'ONU a estimé en février que son séjour dans la résidence consulaire équivalait à une détention arbitraire pour laquelle il méritait des dédommagements.

Même si la justice suédoise classait l'affaire sans suite et abandonnait les charges retenues contre lui, M. Assange pourrait être arrêté par les autorités britanniques pour infraction aux conditions de sa mise en liberté sous caution.

Extradition redoutée
M. Assange redoute avant tout une extradition vers les Etats-Unis après la publication de centaines de milliers de documents confidentiels diplomatiques et militaires américains sur le site WikiLeaks en 2010.

Pendant la campagne de la présidentielle américaine, WikiLeaks a publié des milliers de messages piratés de proches d'Hillary Clinton. Cela a conduit John Podesta, le chef de l'équipe de campagne de la candidate démocrate, à accuser M. Assange de faire le jeu du candidat républicain et désormais président élu Donald Trump.

Une pétition, signée lundi par près de 18'000 personnes, appelait Donald Trump à accorder "un pardon présidentiel" à M. Assange pour l'exonérer de toute poursuite aux Etats-Unis. Une pétition similaire avait été adressée au président américain sortant Barack Obama, sans succès.(AFP)


 
Nombre de lectures : 60 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter