Connectez-vous

FRANCE: Enquête ouverte sur un général à la retraite, accusé de propos antisémites contre « la meute qui contrôle » les médias

Samedi 19 Juin 2021

Le général Dominique Delawarde
Le général Dominique Delawarde
Le parquet de Paris a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête concernant un général à la retraite, Dominique Delawarde, signataire de la tribune dite « des généraux », accusé d’avoir proféré des propos antisémites sur la chaîne CNews.
 
Le parquet de Paris a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête concernant un général à la retraite, Dominique Delawarde, signataire de la tribune dite « des généraux », accusé d’avoir proféré des propos antisémites sur la chaîne CNews.
 
« Le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de diffamation publique et provocation à la haine et à la violence à raison de l’origine ou de l’appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion », a-t-il annoncé à l’AFP.
 
L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).
En novembre 2020, en commentant sur un blog les résultats de l’élection présidentielle américaine, M. Delawarde avait avalisé « l’hypothèse d’un fraude importante », ajoutant: « Il y a, à mes yeux, trop d’indices concordants pour permettre à la "meute +médiatique" occidentale, dont nous savons qui la contrôle, de me convaincre du contraire ».
 
Vendredi, sur Cnews, le communicant Claude Posternak lui a demandé « qui contrôle » cette « meute ».
 
A la retraite depuis les milieux des années 2010, le général sourit : « Vous savez bien qui contrôle la meute médiatique dans le monde et en France ».
 
« Qui contrôle le Washington Post, le New York Times, chez nous BFMTV et tous les journaux qui viennent se grouper autour, qui sont ces gens... ? », ajoute l’ex-militaire.
« Qui ? », insiste M. Posternak.
 « C’est la communauté que vous connaissez bien », répond M. Delawarde.

« On va pas partir là-dessus, on va arrêter là mon général, je suis désolé », a immédiatement coupé l’animateur de l’émission, Jean-Marc Morandini. « On ne peut pas laisser dire ça sur l’antenne, je suis désolé, on coupe, on enlève le général », a-t-il dit.
 
Sur Twitter, la Licra, l’association SOS Racisme et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont dénoncé ces propos. Il montre « son visage, raciste et antisémite », a estimé cette dernière association.
 
M. Delawarde est l’un des 20 généraux français à avoir signé une tribune publiée mi-avril dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles évoquant « le délitement » de la France et qui avait suscité une controverse politique.
 
« Nous sommes disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation », ajoutaient ces militaires, que la cheffe de file de l’extrême droite Marine Le Pen avait appelés à rejoindre son parti Rassemblement national. (AFP)
 
 
 
Nombre de lectures : 202 fois












Inscription à la newsletter