Connectez-vous

Burkina Faso - Le consulat français de Ouaga visé par une attaque, Paris dément toute implication dans le putsch, Damiba sort du bois

Dimanche 2 Octobre 2022

L'armée française n'est pas impliquée dans les événements qui se déroulent au Burkina Faso et qui semblent avoir provoqué la chute du pouvoir dirigé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaog Damiba, précise un communiqué de l’ambassade de France à Ouagadougou.
 
Cette note de la diplomatie française est une réponse à des informations diverses en circulation sur les réseaux sociaux et faisant état d’un appui que les militaires français auraient apporté à Damiba en difficulté face aux meneurs du putsch et dont la tête de file est le capitaine Ibrahim Traoré.
 
 « Le camp où se trouvent les forces françaises n’a jamais accueilli Paul-Henri Sandaogo Damiba, pas davantage que notre ambassade », écrit la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
 
A Ouagadougou, le consulat de France a été attaqué par des manifestants. Des images postées sur les réseaux sociaux montrent plusieurs dizaines de jeunes qui tentent d’incendier le bâtiment. A l'Institut français de Bobo Dioulasso, les postes de garde ont été pulvérisés, des vitres du bâtiment saccagés à l'aide de grosses boules de pierres, des installations électroniques détruites, le tout dans un grand brouhaha... 
 
Disparu depuis l’annonce du putsch, le lieutenant-colonel Damiba est resté introuvable. Mais dans un message diffusé samedi en soirée sur la page Facebook de la Présidence du Faso, il a appelé « le capitaine Traoré et compagnie (…) à revenir à la raison pour éviter une guerre fratricide dont le Burkina Faso n’a pas besoin dans ce contexte ».

Il a accusé le capitaine Traoré et ses hommes de diffuser des « informations mensongères » au fins d'instrumentaliser les populations au profit de « causes étrangères et au détriment de l'intérêt supérieur de la Nation. »




 
 
Nombre de lectures : 99 fois












Inscription à la newsletter